10 janvier 2018

Village Médias
LCP : accusé d’agression sexuelle, Frédéric Haziza fait son retour à l’antenne jeudi soir

La présidente de La Chaîne Parlementaire a expliqué sur Europe 1 que les conclusions d’une enquête interne permettaient le retour à l’antenne du présentateur-vedette.

INTERVIEW

Accusé d’agression sexuelle par une consœur, le présentateur Frédéric Haziza fera son retour jeudi soir sur La Chaîne Parlementaire. “Il sera à l’antenne avec son invité à 20h30 sur le canal 13”, a confirmé sur Europe 1 mercredi la présidente de la chaîne, Marie-Ève Malouines. “Je prends cette décision pour permettre à tout le monde de travailler sereinement”, dit-elle.

LCP “ne peut pas sanctionner deux fois la même faute”. Frédéric Haziza avait été suspendu de la chaîne en novembre dernier après l’ouverture d’une enquête préliminaire liée au dépôt de plainte d’une journaliste de LCP qui l’accuse d’agression sexuelle en 2014. “Il a été dispensé d’activité, ce n’est pas une sanction puisque légalement une entreprise ne peut pas sanctionner deux fois la même faute”, explique Marie-Ève Malouines. Frédéric Haziza a en effet déjà été sanctionné en 2014 par la direction en écopant d’un avertissement, lorsque Astrid de Villaines avait fait part à ses supérieurs des gestes déplacés de Frédéric Haziza. Ce dernier maintient que ces gestes relevaient d’une plaisanterie.

“Il ne s’est rien passé depuis” 2014. LCP a diligenté une enquête interne après le dépôt de plainte, réalisée par un expert externe. “La synthèse de cette enquête dit que des actes inappropriés ont été commis avant 2014 mais ne sont pas à connotation sexuelle; et ne fait pas état d’actes inappropriés après 2014”, poursuit Marie-Ève Malouines. Ainsi, sur la base de cette enquête, la présidence de LCP a estimé que “la sanction a porté ses fruits, il ne s’est rien passé depuis donc il peut revenir à l’antenne”. Et la présidente de LCP de conclure : “Je n’ai pas de base pour justifier une sanction aujourd’hui.”

Lundi, la rédaction de La Chaîne Parlementaire a voté à la quasi-unanimité une motion de défiance contre leurs dirigeants après leur décision de réintégrer le présentateur-vedette à l’antenne.