20 octobre

Document Europe 1
Accusation d’agression sexuelle contre Pierre Joxe : “J’ai raconté l’entière vérité”, assure Ariane Fornia

Ariane Fornia, la fille de l’ex-ministre Eric Besson, explique les raisons de son témoignage contre Pierre Joxe au micro d’Europe 1.

DOCUMENT EUROPE 1

Ariane Fornia “assume entièrement” son témoignage. Au micro d’Europe 1, la fille de l’ex-ministre Eric Besson a maintenu ses accusations à l’encontre de l’ancien ministre de François Mitterrand Pierre Joxe, qu’elle accuse d’agression sexuelle lors d’une soirée à l’opéra, au printemps 2010, lorsqu’elle avait 20 ans. “Cela faisait huit ans que je me taisais. Ce qui a libéré ma parole, comme celle de milliers de femmes, c’est ce qu’il se passe en ce moment”, a-t-elle insisté.

“J’ai senti une boule au ventre qui grandissait en moi.” Une parole qui s’est libérée après l’onde de choc de l’affaire Weinstein et les témoignages sur les réseaux sociaux, avec le hashtag #BalanceTonPorc, de milliers de femmes victimes de harcèlement ou d’agression sexuelle. “Toute la semaine, j’ai senti une boule au ventre qui grandissait en moi, parce que j’avais peur. Je me disais : ‘Est-ce que tu vas oser ? Est-ce que tu vas oser témoigner ? Maintenant, j’assume. Parce que je sais que ce que j’ai raconté est l’entière vérité”, affirme l’écrivaine. Qui persiste et signe : “Tout ce que j’ai raconté s’est passé exactement comme ça. Précisément.”

“A l’époque, j’étais une gamine.” Interrogée sur le fait de ne pas avoir porté plainte au moment des faits présumés (ces derniers sont désormais prescrits), Ariane Fornia a expliqué que la surexposition médiatique de son père, alors ministre de l’Immigration de Nicolas Sarkozy, ainsi que son jeune âge, y avaient été pour beaucoup dans son choix. “Mon père (…) était très exposé médiatiquement. On parlait de lui tout le temps dans les médias, c’était une surexposition que je vivais très mal. Quand (il) m’a dit : ‘On devrait porter plainte, on devrait faire quelque chose…’ Je lui ai dit : ‘Non. Je ne le supporterai pas, il y a déjà trop de regards sur nous, trop d’attention, je ne me sens pas capable d’affronter cela.’ Aujourd’hui, je le regrette. Mais à l’époque, j’avais 20 ans. Aujourd’hui j’en ai 28. A l’époque, j’étais une gamine, aujourd’hui je suis une femme adulte.”