05 décembre 2017

8h15 - L'invité de Patrick Cohen
Affaire Maëlys : “On ne voit rien sur la photo” de la voiture du suspect, selon son avocat

Invité d’Europe 1, mardi matin, l’avocat du suspect de l’enlèvement de Maëlys a récusé les éléments matériels qui incrimineraient l’homme, notamment une photo prise à 2h47.

INTERVIEW

L’avocat de Nordahl Lelandais, l’homme suspecté d’avoir enlevé la petite Maëlys le 28 août dernier, a décidé de contre-attaquer. Après avoir affirmé lundi qu’il “ne pouvait pas accepter” que le procureur de la République de Grenoble vienne “devant la presse dire des choses qui sont objectivement totalement contraires à la réalité du dossier”, Me Alain Jakubowicz a réitéré ses critiques, mardi, sur Europe 1, tout en défendant l’innocence de son client.

“Pas possible” que Maëlys soit enlevée à 2h47. “L’instruction d’un tel dossier ne se fait pas devant les micros et les réseaux sociaux”, a-t-il déploré, avant d’évoquer la nuit du 27 au 28 août dernier à Pont-de-Beauvoisin et le mariage lors duquel la petite Maëlys, 9 ans, a disparu. La semaine dernière, une photo décrite par Le Parisien et BFM TV aurait montré qu’une silhouette présente sur le siège passager de la voiture du suspect semblait être celle de Maëlys. “Une photo est prise à partir d’une vidéo à 2h47. Il se trouve que Nordahl Lelandais a mis son portable en mode avion à 2h46. Il (le procureur, NDLR) en déduit que l’enfant est enlevé à 2h45, [mais] oublie seulement que l’enfant est avec ses grands-parents à cette heure. Ce qui signifie qu’en deux minutes l’enfant aurait été enlevé et se trouverait à 800 mètres de là. Ce n’est pas possible”, estime Me Jakubowicz, qui affirme que “sur cette photo, on n’y voit rien”.

“Deux témoins” l’auraient vue à 3h15. L’avocat de Nordahl Lelandais avance également que Maëlys n’a pas été enlevée à 2h45, mais plus tard : “Il y a de nombreux témoins qui la voit après 2h45. Il y a deux témoins qui avec certitude disent que l’enfant leur a dit au revoir à 3h15”, explique-t-il sur Europe 1 avant d’appuyer le fait que “cette heure de 3h15 est une heure certaine” et qu’elle est bien présente au mariage à cette heure. “Nordahl Lelandais a à s’expliquer sur un certain nombre de points”, des “coïncidences” du dossier, concède Me Jakubowicz, qui affirme qu’il pourrait déposer une requête mais ne le fera pas.