21 mars 2019

7h45 - L'interview de Nikos Aliagas
Alain Ducasse : “La cuisine française peut réunir des peuples qui ne s’entendent pas”

Le chef étoilé Alain Ducasse lance jeudi la cinquième édition de l’opération “Goût de France”, qui sert au rayonnement du savoir-faire français et d’une cuisine responsable.

INTERVIEW

Avec ses 20 étoiles au Guide Michelin, Alain Ducasse est l’un des plus fervents ambassadeurs de la cuisine à la française. Pour la cinquième année, il lance jeudi l’opération “Goût de France“, en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères, pour faire rayonner ce savoir-faire si singulier.

La gastronomie au service de la diplomatie. “La cuisine française n’a jamais autant rayonné, car elle est la matrice d’une cuisine mondiale”, soutient le chef au micro de Nikos Aliagas, jeudi sur Europe 1. Avec cette opération internationale, “il n’est pas question d’imposer le goût français, mais d’imposer le savoir-faire français et la notion de partage, de convivialité, de générosité”, explique-t-il. Car Alain Ducasse en est convaincu : “La cuisine française peut réunir des peuples qui ne s’entendent pas autour de la table. C’est la gastro-diplomatie. Le monde a besoin de sérénité, et la table peut y aider.”

“Il faut que chacun prenne sa part”. Surtout, avec “Goût de France”, Alain Ducasse souhaite promouvoir une cuisine “responsable”, “plus précautionneuse de la santé des individus que nous nourrissons partout sur la planète, et précautionneuse de la planète et de ses ressources rares.” Lui qui ne sert plus de viande dans son restaurant du Plaza Athénée depuis 2014 tient à encourager les consommateurs à se nourrir sainement, et “en conscience”. “Il faut choisir de manger des produits au cœur de leur saison, en proximité, des produits qui ne sont pas emballés dans du plastique qui termine dans les océans. Il faut que chacun prenne sa part. Ça commence en mangeant, en n’achetant pas n’importe quoi”, assure le chef.

Ce régime alimentaire, qui comprend “moins de viande, plus de légumes et de céréales, moins de gras, moins de sel, moins de sucre”, pourrait être adopté durablement partout dans le monde, promet Alain Ducasse, car “la planète satisfait largement à ceux qui l’habitent qui l’habiteront demain.”