Le grand direct des médias - invitée de Thomas Joubert
Alma : “Je suis dans un état d’esprit de guerrière” avant la finale de l’Eurovision

Alma candidate de la France à l’Eurovision, espère bien remporter le concours même si les bookmakers ne la donnent pas favorite.

INTERVIEW

Alma représentera la France en finale de l’Eurovision, samedi à Kiev, avec sa chanson “Requiem”. Si les bookmakers ne la donnent pas favorite, elle espère bien sortir gagnante. “Beaucoup de candidats sont favoris. Les bookmakers sont formels sur la victoire des Portugais, des Italiens ou de la Bulgarie mais je suis vraiment dans un état d’esprit de guerrière”, explique-t-elle au micro d’Europe 1, partenaire de l’Eurovision.

“Que les gens soient fiers.” Alma va bien évidemment tout donner pour remporter ce concours, mais ce qu’elle souhaite par-dessus tout, c’est donner un sentiment de fierté à tous les Français qui vont la soutenir : “J’ai envie de profiter de ce moment. Tout ce qui m’importe, c’est que les gens soient fiers. Si moi, je suis fière de ma prestation, mes enfants, mes petits-enfants, verront tous ça”.

Avantagée par son ordre de passage ? La première bonne nouvelle, c’est son ordre de passage. Alma sera la 26ème et dernière candidate à se produire sur la scène de l’Eurovision. Un signe du destin puisqu’il en avait été de même pour Marie-Myriam, dernière chanteuse française à avoir remporté l’Eurovision il y a tout juste 40 ans (1977). “Marie-Myriam a été dernière il y a 40 ans. Je pense que c’est bien parce qu’on clôture le show et au moment de voter, les gens viennent d’entendre la chanson. Le numéro 8, je ne sais pas comment les gens vont s’en souvenir. Je pense que c’est très positif”, se réjouit-elle.

“Beaucoup de travail.” Et la chanteuse française se donne les moyens de ses ambitions. “Ça fait un mois que je n’ai pas bu une goutte d’alcool. Il y a des séances de cardio, des répétitions tous les jours pour bien que la chorégraphie et les déplacements soient ancrés en moi, pour que je puisse m’amuser sur scène. C’est beaucoup de travaille”, confie-t-elle.

Un article Europe1.fr