23 octobre 2017

8h15- L'interview de Patrick Cohen
Anne Hidalgo : “Il y a des lobbies très puissants” dans l’automobile

Invitée de la matinale d’Europe 1, lundi, la maire de Paris a défendu ses choix en matière de lutte contre la pollution, critiquant le poids des constructeurs.

Anne Hidalgo assume ses choix. Alors que la maire de Paris a indiqué le mois dernier qu’elle souhaitait une capitale sans voiture à moteur thermique d’ici 2030, les constructeurs automobiles ne l’entendent pas de cette oreille. “2030, ça laisse 13 années, ça peut permettre d’accélérer dans l’industrie automobile”, a-t-elle indiqué au micro de Patrick Cohen sur Europe 1, lundi.

“Je n’ai pas cité de noms.” Quant à l’avertissement qu’elle aurait reçu de Carlos Tavares, le patron de PSA, qui aurait menacé de la faire battre en 2020, Anne Hidalgo botte en touche : “Je n’ai jamais cité de noms”, répète-elle. “Il y a une offensive, il y a des lobbies très très puissants” dans le secteur automobile qui “menacent”, selon Anne Hidalgo. Laquelle les prévient : “Il faut qu’ils accélèrent, car les marchés de demain seront décarbonés.”

Bataille sur les chiffres d’Airparif. Un an après la fermeture de la voie Geoges-Pompidou, sur la rive droite de la Seine, Anne Hidalgo se félicite des effets de cette mesure. “Le rapport dit qu’il faut d’autres mesures, il faut aller beaucoup plus loin”, commence-t-elle par expliquer, évoquant un rapport d’Airparif. “Depuis 10 ans à Paris, la pollution a baissé de 30% à Paris”, ajoute-t-elle, aussitôt reprise par Patrick Cohen qui assure qu'”elle a augmenté de 22% quai des Célestins, à l’endroit où ça s’arrête”, citant lui aussi le rapport. Anne Hidalgo : “Moi j’ai une certitude, c’est que moins de voitures égal moins de pollution.”