16 janvier 2020

Bruno Le Maire simplifie l’accès au LEP “pour que les ménages modestes en fassent une plus grande utilisation”

L’accès au livret d’épargne populaire (LEP) est conditionné au niveau de ressources, obligeant les épargnants à envoyer chaque année leur feuille d’imposition à leur banque. Au micro d’Europe 1 jeudi, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé la suppression de cette démarche. Les banques auront désormais les moyens de procéder de leur côté aux vérifications nécessaires.
INTERVIEW

Le placement préféré des Français est revu à la baisse. Dès le 1er février prochain, le taux du livret A va passer de 0,75% pour s’établir à 0,5%. Avec un tel taux, le plus bas historique, ce livret d’épargne, sur lequel dorment actuellement quelque 300 milliards d’euros, n’aura jamais aussi peu rapporté. Invité jeudi de la matinale d’Europe 1, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a assuré que cette décision serait contrebalancée par une simplification des conditions d’accès au au livret d’épargne populaire, dont le taux est actuellement de 1%. “Je souhaite que les ménages les plus modestes en fassent une plus grande utilisation. Son taux est le double du livret A, et il n’est pas utilisé”, a-t-il déploré au micro de Sonia Mabrouk.

Le livret d’épargne populaire (LEP) est un placement réservé aux personnes disposant de revenus modestes. “40% des Français, aujourd’hui, y sont éligibles, et il n’y a que sept millions d’épargnes populaires qui sont ouvertes”, constate le locataire de Bercy. “Pourquoi ? Parce que pour ouvrir ce livret, il faut présenter sa feuille d’imposition, et chaque année il faut revenir à sa banque présenter sa feuille d’imposition pour garantir son ouverture”, explique-t-il. “Je vais supprimer ces conditions. Les Français n’auront plus l’obligation de présenter leurs feuilles d’impôt”, annonce le ministre. “La banque pourra vérifier que vous y êtes éligible, et j’espère que tous les Français profiteront de cette simplification pour ouvrir un livret d’épargne populaire.”

Concernant le livret A, Bruno Le Maire assure qu’il reste un placement attractif. “Il reste rémunéré, stable et garanti par l’Etat.” Il rappelle également qu’il ne peut pas descendre sous la barre des 0,25%. “La décision que j’ai prise, c’est 300 millions d’euros en plus pour le logement social, c’est 17.000 logements sociaux supplémentaires qui pourront être construits en 2020”, plaide le ministre. “Je suis convaincu que c’est la seule décision responsable”, martèle-t-il.