27 juin 2019

8h15 - L'interview politique d'Audrey Crespo-Mara
“Ce qu’elle dit est faux”, s’emporte Marlène Schiappa, prise à partie par Eva Darlan sur les violences faites aux femmes

La secrétaire d’Etat chargée de Egalité Femmes-hommes, prise à partie sur Europe 1, par la comédienne Eva Darlan, très engagée contre les violences faites aux femmes, réagit sur Europe 1 et défend son action. 
INTERVIEW

La lutte contre les violences faites aux femmes est, à entendre Marlène Schiappa, l’une des priorités du gouvernement. Sauf que les militantes, sur le terrain, ne cachent plus leur malaise face au manque de moyens, certaines évoquant même, dans une enquête Europe 1, un burn-out militant.

“Marlène Schiappa va à l’ONU, et elle dit que la France est en tête de l’égalité et de la défense des femmes. Ce n’est pas vrai ! C’est un mensonge ! Les femmes continuent de mourir au même rythme”, s’est ainsi emportée la comédienne Eva Darlan, très engagée sur le sujet, sur Europe 1. “Ce qu’elle dit est faux. Ça pouvait être vrai début 2017. Nous sommes maintenant en 2019. Il y a un travail conjoint qui a été fait avec les associations”, a réagi jeudi matin la secrétaire d’Etat chargée de Egalité Femmes-hommes, très remontée contre ces critiques. 

“Nous sommes le premier gouvernement à avoir augmenté les moyens du 39.19. Le premier !”

“Jamais je n’ai dit qu’en France nous étions en pointe sur la lutte contre les féminicides. Ce n’est pas le cas et je ne l’ai jamais dit”, a encore asséné Marlène Schiappa. “J’ai dit que nous étions en pointe sur la place des femmes dans la gouvernance des entreprisses grâce à la loi Copé-Zimmerman dont je n’ai pas la responsabilité. “Je veux bien qu’on se batte ensemble contre les féminicides, mais cette espèce de manière de pointer le gouvernement alors que le gouvernement travaille au contraire avec les associations, ça m’agace profondément.”

“Il a été dit que le 39.19 (numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences) n’avait pas assez de moyens. Nous sommes le premier gouvernement à avoir considérablement augmenté les moyens du 39.19. Le premier. Ça n’a jamais été fait”, a lancé Marlène Schiappa, sans décolérer. “Nous avons dit au 39.19 : ‘de quoi avez-vous besoin pour prendre 100% des appels ? Parce que pour moi, il était insupportable que des femmes téléphonent et que ça sonne dans le vide. Le 39.19 nous a dit ‘nous avons besoin de 120.000 euros’. Avec le Premier ministre, nous avons fait un chèque de 120.00 euros. J’ajoute que le 39.19 a obtenu le label grande cause nationale de la part du Premier ministre a a pu bénéficier d’énormes campagnes de financement par le gouvernement pour le soutenir. Et c’est bien normal.”