30 janvier 2019

8h15- L'invité politique d'Audrey Crespo-Mara
“C’est la première fois qu’on désigne un trio pour justifier un numéro un”, ironise Christian Estrosi à propos de la liste LR aux Européennes

François-Xavier Bellamy a été désigné comme tête de liste LR pour les européennes, avec Agnès Evren et Arnaud Danjean. Un choix qui interroge le maire de Nice, Christian Estrosi, de plus en plus critique à l’égard de son parti.

INTERVIEW

Laurent Wauquiez a choisi François-Xavier Bellamy, qui n’a jamais été adhérent des Républicains, pour conduire la tête de liste de son parti aux européennes. Ce professeur de philosophie de 33 ans, quasi-inconnu, doit être épaulé par Agnès Evren, vice-présidente de la région Île-de-France, et l’eurodéputé Arnaud Danjean. “C’est la première fois que l’on fait désigner un trio pour justifier le numéro un”, a relevé au micro d’Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1, Christian Estrosi, le maire de Nice.

Un candidat trop fragile ? “On voit combien les Républicains sont gênés en le désignant”, estime l’élu. “Démarrer une campagne des européennes en s’excusant, c’est presque s’accuser”, tacle-t-il. “Les deux suivants sont des personnalités dignes de porter les couleurs des Républicains. Pour le premier, j’attends de voir le projet, le programme.”

En désaccord sur les sujets sociétaux. “François-Xavier Bellamy incarne un courant de pensée qui, certes, à sa place mais qui fait qu’aujourd’hui les Républicains sont en train de se rétrécir à ce seul courant de pensée”, déplore Christian Estrosi qui a pris ses distances depuis plusieurs mois avec la ligne politique défendue par Laurent Wauquiez. “Quand on a des positions contre l’IVG, le mariage pour tous, la PMA… ce sont de sujets sociétaux pour lesquels je suis en contradiction avec lui”, affirme-t-il.

“Aujourd’hui, je regrette que l’on se restreigne à une vision et une pensée assez étriquée”, conclut l’ancien ministre de l’Industrie de Nicolas Sarkozy.