19 février 2018

Exclusif Europe 1
Comment un laboratoire d’analyses a favorisé Lactalis

Selon nos informations, Lactalis a bénéficié pendant des années des largesses d’un laboratoire nantais chargé de détecter les allergènes. Une grosse pression en interne lui a permis d’obtenir coûte que coûte des résultats favorables.

EXCLUSIF

Un traitement spécial pour le roi Lactalis. C’est ce qui ressort de l’enquête d’Europe 1, qui met en évidence lundi l’importante pression exercée au sein du laboratoire chargé de détecter les allergènes (gluten, fruits à coque, œufs…) pour arriver à un résultat favorable pour le groupe agroalimentaire. Ce dernier, au cœur d’un scandale sanitaire de lait contaminé aux salmonelles, aurait bénéficié pendant des années de la bienveillance d’un laboratoire situé dans la région nantaise. Et alors que depuis environ un an et demi, ses tests ont été transférés dans un autre laboratoire du groupe en Italie – principalement “pour des raisons de coûts et de stratégie” -, d’anciens salariés brisent la loi du silence et se confient à Europe 1.

Aucun intérêt scientifique pour cette méthode

Les témoignages recueillis au sein de ce laboratoire attestent d’un même constat : il y a deux poids, deux mesures entre les clients “ordinaires”, qui doivent se contenter d’une analyse, voire d’une contre-analyse, et les gros clients comme Lactalis, qui représentait à lui seul, selon nos informations, plus de 50% de l’activité du laboratoire. Dominique*, un ancien salarié, nous raconte ainsi avoir vu des tests faits et refaits, jusqu’à l’obtention d’un résultat “satisfaisant” pour les attentes du client Lactalis. 

“On ne repassait pas cinquante échantillons par jour. Mais des échantillons spécifiques revenaient. Ceux-là, on les passait en boucle jusqu’à ce que le résultat nous intéresse”, rapporte-t-il. “À chaque fois que le résultat obtenu n’était pas celui espéré, ça devenait un automatisme pour nous. Le responsable nous disait ‘Vous pouvez refaire l’analyse'”, complète Nicolas*, un autre technicien, qui a depuis quitté l’entreprise. Or, pour pouvoir mettre sur le marché ses lots de lait infantile, par exemple, Lactalis a impérativement besoin du feu vert du laboratoire. S’agit-il là d’un traitement de faveur ? Effaré par cette méthode, l’employé a pris la peine d’en discuter avec sa direction, qui lui a répondu qu’il ne maîtrisait pas “tous les tenants et les aboutissants”. “Lactalis est un contrat à plusieurs millions d’euros. Il faut absolument satisfaire un très gros client”, glisse cet ancien employé, qui assure avoir “senti une vraie pression” à chaque fois qu’il a eu Lactalis au téléphone. Camille*, un autre ancien employé, avoue même avoir eu “peur de Lactalis”.


Les laboratoires d’analyses sont dans “un marché très concurrentiel”. “Il faut être plus compétitif au niveau du tarif, mais aussi au niveau de la satisfaction client”, poursuit Nicolas, qui précise qu’en cas de résultats insatisfaisants, le client devait procéder à “la destruction des lots”. Et dans le cas de Lactalis, “on parle en tonnages”. À l’inverse, pour “un client lambda qui fait peu d’analyses annuelles, on ne va pas s’embêter. On va rendre le résultat tel quel, que ça lui plaise ou non. À lui de se débrouiller”, poursuit-il.

“Qu’un échantillon revienne une deuxième fois pour contre-analyse, pas de souci, c’est normal. Mais quand l’échantillon revient une dizaine de fois, c’est de l’acharnement. À force de voir des échantillons revenir encore et encore, pendant trois semaines, au laboratoire, ça nous est arrivé de leur dire : ‘Si vous voulez un test négatif, vous nous le dites tout de suite. On ne met rien dans l’échantillon, on l’analyse, et comme ça, il sera négatif'”, ajoute l’ancien employé. D’autant qu’il n’existe aucun intérêt scientifique à multiplier ces analyses, selon nos informations. Bien au contraire, souligne un autre technicien. “C’est statistique. Plus vous re-testez le même échantillon, plus on peut passer d’une barrière à une autre. C’est ce petit jeu qui permet de passer sous la barre, alors qu’on était au-dessus”, confie-t-il à Europe 1. 

Un scandale sanitaire inévitable

Et nulle trace des résultats précédents dans le rapport final que le laboratoire rend à l’industriel. On ne retient alors qu’un seul chiffre : le dernier. “Vous allez remplacer les valeurs du résultat précédent, en écrasant les données et en précisant sur le rapport que c’est une version numéro 2 ou 3 ou 4… L’enjeu, c’est de savoir ce qui était écrit dans la version précédente. C’est le dernier résultat, le seul visible sur le rapport, qui compte”, précise le technicien de laboratoire.

Pour l’ancien salarié du laboratoire de la région nantaise, l’affaire du lait infantile contaminé aux salmonelles, qui a déjà fait l’objet de 80 plaintes, était inévitable. “On s’est souvent dit entre nous qu’un jour, un scandale sanitaire allait arriver. Parce qu’on rendait des résultats qu’on savait biaisés”, déplore-t-il aujourd’hui. Le laboratoire concerné et Lactalis n’ont pas souhaité donner suite à nos demandes d’entretien.

*Les prénoms ont été modifiés.