26 avril 2019

8h15 - L'interview politique de David Doukhan
Conférence de presse d’Emmanuel Macron : “Je ne vois pas le cap”, déplore Laurent Wauquiez

Interrogé par David Doukhan, sur Europe 1, Laurent Wauquiez a estimé qu’Emmanuel Macron s’était contredit à plusieurs reprises jeudi soir, au regard de la politique menée depuis le début du quinquennat.
INTERVIEW

Baisse de l’impôt sur le revenu, réindexation des retraites, allongement de la durée de cotisation, assouplissement du référendum à l’initiative du peuple… les annonces faites jeudi par Emmanuel Macron n’ont pas suffi à convaincre le patron de la droite. Invité vendredi de la matinale d’Europe 1, Laurent Wauquiez, le président des Républicains, a estimé que les mesures présentées par le chef d’Etat pour sortir de la crise déclenchée par les “gilets jaunes” ne permettaient pas de tracer une feuille politique claire. “Je ne vois pas le cap. Je ne vois pas où le président veut emmener les Français”, a-t-il déclaré.

“Un président qui n’a pas de boussole”. “Ce que je vois c’est beaucoup de zigzags, beaucoup d’inconstance, de changements”, poursuit Laurent Wauquiez, au micro de David Doukhan. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes estime ainsi qu’Emmanuel Macron, sur la loi de 1905, le pouvoir d’achat des retraités, l’immigration et les crédits d’impôt accordés aux entreprises, s’est mis en porte-à-faux de déclarations faites ces derniers mois, voire de ce qu’il avait énoncé pendant sa campagne. “Je ne vois pas le projet, je vois trop de changements, je ne vois pas où il veut nous emmener”, déplore-t-il encore. Et de tacler : “Pour un pays, un président qui n’a pas de boussole, c’est le risque de finir avec un quinquennat pour rien.”

“Aucun chantier n’a été sérieusement ouvert et traité sur les deux ans qui viennent de s’écouler. Hier, qu’a-t-on eu ? Des corrections à la marge d’erreurs lourdes qui ont été commises, mais pas de cap”, poursuit Laurent Wauquiez.

Un manque de précision ? Pour lui, Emmanuel Macron est resté trop flou jeudi soir, notamment sur la baisse des impôts pour les classes moyenne.  “C’est quoi les classes moyennes ? Quand on écoute ce gouvernement, parfois, en dessous de 1.800 euros vous êtes dedans, et quand vous êtes au dessus vous n’y êtes plus”, relève-t-il. “Je ne suis pas d’accord avec ça. Quand, dans un couple, vous gagnez chacun 3.000 euros, vous êtes dans la classe moyenne.”

Laurent Wauquiez déplore également l’absence de mesure sur la dépense publique. “Le président de la République n’a rien annoncé de sérieux et de solide sur la baisse de la dépense publique. Il a même renoncé à la seule mesure à peu près concrète dans ses engagements, qui était la baisse du nombre de fonctionnaires”, explique-t-il. “Si jamais il n’y a pas de baisse sérieuse de la dépense publique, de ce que coûte le fonctionnement administratif de l’Etat, il est évident que les baisses d’impôt ne pourront jamais être durable, à moins de faire de la dette, ce qui pourrait être la pire des choses”, conclut-il.