Coronavirus : le vol de masques, “infâme et ignoble”, juge Christophe Castaner

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner réagit sur Europe 1. Il juge “infâme et ignoble” les vols de masques de protection observés ces derniers jours. S’il n’existe pas d’incrimination spécifique relative au vol de masques, le ministre de l’Intérieur rappelle qu’un vol simple peut être puni de trois ans de prison et de 45.000 euros d’amende. 
INTERVIEW

La France est confinée depuis mardi midi pour tenter d’éviter la propagation de l’épidémie de coronavirus et les soignants sont mobilisés. Pour les protéger “plusieurs millions” de masques, selon le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, doivent être livrés aux hôpitaux et aux pharmacies dans la journée de mercredi, jeudi au plus tard. Dans certains établissement, des vols sont à déplorer. Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, réagit sur Europe 1.

“Il y a des vols massifs, significatifs, dans les hôpitaux, dans les cliniques. Avec des vols de tout type y compris des infractions au milieu de la nuit parce que le masque a aujourd’hui une valeur”, constate Christophe Castaner. 

S’il n’existe pas d’incrimination spécifique relative au vol de masques, le ministre de l’Intérieur rappelle qu’un vol simple peut être puni de trois ans de prison et de 45.000 euros d’amende. Un vol aggravé, avec dégradations, peut être puni jusqu’à cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende.

“Je ne doute pas que la justice prendra en compte le côté infâme, ignoble d’organiser un commerce parallèle avec les masques de protection”, estime le ministre de l’Intérieur. 

“La part la plus noire de l’âme humaine”

Mercredi sur Europe 1, le président de la région Haut-de-France, Xavier Bertrand, s’est insurgé contre les voleurs de masque. “C’est un pur scandale que des salopards volent des masques”, a-t-il déclaré.

“Comme Xavier Bertrand, qui est un élu de terrain, on sait comment ces petits comportements montrent au fond, la part la plus noire de l’âme humaine, et puis le côté mercantile de certain quand on voit l’emballement sur le sites de vente internet du prix du masque”, a réagi le ministre de l’Intérieur. “Il y a des gens qui savent toujours exploiter les peurs, les difficultés réelles pour faire de l’argent.” 

“Voler des masques à l’intérieur d’un établissement sanitaire, cela touche à tout ce que nous rejetons. Les voleurs, et ceux qui vendent derrière, ne s’embourbent pas dans des préjugés moraux, c’est pour cela qu’il faut les sanctionner”, assure Christophe Castaner.