5 septembre 2017

L'interview de Patrick Cohen
Daniel Fasquelle : “Laurent Wauquiez se trompe d’élection”

Pour Daniel Fasquelle, candidat à la présidence des Républicains, la priorité n’est pas l’orientation politique du parti mais sa reconstruction après une double défaite électorale.

INTERVIEW

Candidat à la présidence des Républicains, Daniel Fasquelle fait face à cinq autres candidatures pour l’heure, dont celle de Laurent Wauquiez, présenté comme le favori. “Laurent Wauquiez est un ami, je suis allé à Châteaurenard à l’occasion de sa réunion de rentrée. C’est le favori mais l’élection n’est pas faite !”, a commenté le député du Pas-de-Calais mardi au micro d’Europe 1. Pour cet élu, la ligne dure défendue par son adversaire est un écueil dans la mesure où le parti doit en priorité être remis à flot après sa double défaite à la présidentielle et aux législatives, avant de choisir une nouvelle orientation politique. “La candidature de Laurent Wauquiez ne me pose pas de problème, sauf que je pense qu’il se trompe d’élection. L’élection de décembre prochain n’est pas celle d’un candidat pour 2022, et ne peut pas être, pour moi, le choix d’une ligne politique”, tacle Daniel Fasquelle.

La méthode de Macron pour modèle. “Aujourd’hui ça n’est pas le temps du choix de notre candidat pour 2022. Ne transformons pas notre parti en écurie présidentielle, les militants n’en veulent pas ! Il faut un temps de reconstruction”, estime l’élu. “La priorité c’est d’avoir un président qui mette les mains dans le cambouis, comme je l’ai fait en tant que trésorier national, qui aille vers les militants, qui les écoute, un président au service du parti et qui rassemble les différentes sensibilités”, détaille-t-il. Daniel Fasquelle reconnait vouloir prendre modèle sur la méthode adoptée par En Marche!, le parti d’Emmanuel Macron, pendant la présidentielle. “Ce que j’ai aimé dans la démarche d’Emmanuel Macron c’est le porte à porte, l’écoute des Français, nécessaire et indispensable aujourd’hui”, explique-t-il.

“On voit bien que la droite s’est coupée des Français. Un parti qui réunit moins de 10% des jeunes et des ouvriers à l’occasion de l’élection présidentielle, c’est un parti qui est coupé d’une partie de ses concitoyens. Il est urgent de réconcilier la droite avec les Français”, martèle le député.

“Une droite forte, libre et juste”. “Le slogan de ma campagne ce sera : ‘Pour une droite forte, libre et juste'”, annonce Daniel Fasquelle.” Je pense que la droite doit être forte et claire sur les sujets de lutte contre l’insécurité et le communautarisme. Sur ces sujets monsieur Macron est bien timide. La droite doit être libre en ce sens qu’elle doit défendre les libertés économiques et elle doit être juste. C’est cette dimension sociale que je veux tout particulièrement incarner”, insiste-t-il.