29 juillet 2019

8h15- L'interview politique de Pierre de Vilno
David Belliard (EELV) : “Il faut faire de Paris la Copenhague du vélo”

David Belliard, tête de liste EELV pour les municipales à Paris, a exposé ses ambitions pour verdir la capitale sur Europe 1, lundi matin.
 
INTERVIEW

Anne Hidalgo a commencé, les écologistes veulent continuer. En matière d’environnement, beaucoup de choses restent à faire dans la capitale, estime David Belliard, président du groupe écologiste au Conseil de Paris. Celui qui est aussi tête de liste EELV pour les municipales a exposé une partie de ses projets pour la ville au micro de la matinale d’Europe 1, lundi.

Investir dans le vélo et les transports en commun

En matière de mobilité, David Belliard souligne qu’il n’y a pas “une [seule] solution miracle”. “Le vélo, c’est bien. Mais ce n’est pas encore assez développé. Les pistes cyclables sont insuffisantes, et ça c’est une priorité”, note-t-il. “Il faut faire de Paris la Copenhague du vélo.” Mais aussi investir dans les transports en commun “et la qualité de service”, apparue nettement insuffisante dans le métro par temps de canicule, par exemple.

Surtout, David Belliard n’en démord pas : “il faut diminuer drastiquement la voiture.” Selon lui, cela passe moins par le fait de proposer des services de voiture électrique sur le modèle d’Autolib’ que par l’encouragement de l’auto-partage. “Vous avez aujourd’hui 40% des Parisiens qui possèdent une voiture. Ces voitures peuvent être utilisées par plusieurs personnes.” Pour l’encourager, le président du groupe écologiste au Conseil de Paris propose par exemple de réserver des places de parking aux voitures partagées.

Éviter de concentrer l’activité économique

Mais la mobilité ne peut se penser sans réfléchir également à l’urbanisme global, l’organisation générale de la ville, selon David Belliard. Ce dernier suggère par exemple de “mieux répartir l’activité économique en évitant les grands centres concentrés d’affaires”. Si cette concentration, sur le modèle du quartier de la Défense, peut paraître pratique, ce n’est qu’une illusion pour l’écologiste. “Quand vous concentrez toutes les activités au même endroit, vous obligez les gens à prendre des transports en commun très loin et très longtemps. La question, c’est de mieux répartir les choses. L’idée est, pour répondre aux enjeux de déplacement, de les limiter. Donc avoir son travail plus proche de là où on habite.”

Enfin, David Belliard veut verdir Paris. “Aujourd’hui, nous avons besoin d’espaces verts, de faire respirer la métropole. Il faut remettre la nature en ville.” Seul moyen, selon le candidat aux municipales, de mieux supporter des épisodes caniculaires comme les deux qui viennent de se produire, et qui sont amenés à se répéter. “Pourquoi on a 42° à Paris ? Parce qu’on est dans une ville encore ultra minérale.”

“Il y a une aspiration à plus d’écologie”

Tous ces changements nécessitent plus que des adaptations comportementales individuelles. David Belliard se dit conscient que cela induit de “changer nos modes de représentation et de vie”. Lui reste persuadé qu’une “grande partie de la population est prête à ça, à condition que ce soit accompagné, et notamment socialement”. “Il y a une aspiration à plus d’écologie”, conclut-il. 

Quant à savoir s’il pourrait s’allier à la maire socialiste Anne Hidalgo pour mener à bien ces chantiers, le candidat EELV refuse de s’avancer. “On verra le projet. Hidalgo et moi, ce n’est pas antinomique. Elle a des écologistes dans sa majorité. Nous avons pesé dans cette majorité et avons pu faire des avancées significatives. Mais nous sommes minoritaires dans cette majorité. Aujourd’hui, on se représente et nous verrons au second tour ce que nous ferons en fonction du projet des gens.” Rendez-vous en 2020.