11 janvier 2018

Europe Matin
Débat : faut-il republier les pamphlets de Louis-Ferdinand Céline ?

Sur Europe 1, Serge Klarsfeld, l’avocat défenseur des déportés juifs de France, François Gibault, l’avocat de la veuve de Louis-Ferdinand Céline, et le philosophe Raphaël Enthoven débattent de la question. 

LE DÉBAT

Bagatelles pour un massacreL’école des cadavres et Les Beaux draps de Louis-Ferdinand CélineGallimard souhaite rééditer, dans le courant de l’année 2018, ces textes, ouvertement antisémites et écrits entre 1937 et 1941. Aucune date de sortie n’a encore été fixée. Mais depuis que ce projet a été annoncé par le magazine L’Incorrectles personnes favorables à cette sortie et leurs opposants s’écharpent. Dans Europe matin, Serge Klarsfeld, l’avocat défenseur des déportés juifs de France, François Gibault, l’avocat de la veuve de Louis-Ferdinand Céline, et le philosophe Raphaël Enthoven débattent de la question. 

La question du timing. “Pendant 40 à 50 ans, je me suis opposé à la publication des pamphlets. Et puis on en a beaucoup parlé, les temps ont évolué, l’esprit public a changé. Nous avons pensé que les Français seraient plus aptes à comprendre et à les lire”, explique Me Gibault. Par ailleurs, l’avocat tient à souligner que l’on peut trouver ces écrits “partout”, “d’occasion, dans toutes les librairies” ou sur Internet.

Pour Serge Klarsfeld, ces arguments ne sont pas recevables. “Les temps ont évolué ? Oui, car maintenant on tue les juifs de sang-froid en France. (…) Vous n’avez qu’à remarquer la rue pour savoir si la société française est immunisée contre l’antisémitisme : vous avez des policiers devant les synagogues. Les temps ont évolué défavorablement”, déplore l’avocat défenseur des déportés juifs de France.

“Aucun appareil critique ne tient le coup devant le torrent célinien”. Pour défendre ces publications, l’éditeur Antoine Gallimard a fait savoir qu’il avait “l’intention d’encadrer et de replacer dans leur contexte des écrits d’une grande violence, marqués notamment par la haine antisémite de l’auteur”. Une longue préface de l’écrivain Pierre Assouline est notamment prévue.

Mais pour Serge Klarsfeld, ces éléments ne changent pas la donne. “Ces pamphlets ont contribué à former les antisémites qui, pendant la guerre, ont aidé à déporter les juifs dans les chambres à gaz. C’est extrêmement dangereux car ces pamphlets sont très talentueux. Aucun appareil critique ne tient le coup devant le torrent célinien”, fait savoir l’avocat. “Il est intolérable et inacceptable qu’une maison d’édition ‘respectable'” puisse rééditer ces écrits.

“Si l’on veut produire un appareil critique consistant, on peut le faire. Et si l’on veut accompagner l’édition de ces textes d’appareils critiques, c’est encore possible”, estime quant à lui Raphaël Enthoven. “Ces textes sont fous, délirants, outranciers, mettent en scène un antisémitisme qui mélange ‘les nègres et les juifs’ : le ‘négro-judéo bolchévisme'”, décrit le philosophe. Ce dernier déplore que, justement, à l’heure actuelle, il est possible de les lire librement et facilement, mais sans critique ni contexte. La réédition par Gallimard corrigerait ainsi cette absence.