01 février 2018

Europe Matin
Delphine de Vigan : “Raconter ce qu’est l’adolescence aujourd’hui”

Pour son neuvième roman, Les Loyautés, la romancière Delphine de Vigan se plonge dans un monde adolescent tourmenté, passionné et tiraillé entre des fidélités parfois contradictoires.

INTERVIEW

Comment raconter l’enfance et l’adolescence à l’âge adulte, quand les souvenirs se font moins précis lorsque l’on tient la plume ? Voilà l’équation qu’a tenté de résoudre Delphine de Vigan avec son nouveau roman, Les Loyautés, paru chez Lattès. 

“Souvenirs tenaces”. Invitée d’Europe 1, jeudi matin, la romancière a détaillé son processus d’écriture pour narrer les aventures de Théo et Mathis, collégiens de 13 ans pris entre plusieurs strates de loyautés, justement. Son idée, c’est avant tout de “se remettre dans la tête de l’enfant” : “Je puise dans des souvenirs assez tenaces. Ce qui m’intéresse, c’est d’essayer de raconter ce qu’est l’adolescence aujourd’hui”, parfois même dans ce que ces sensations ont de plus corporelles, notamment lorsque Théo et Mathis se cachent au collège pour boire de l’alcool très fort.

Violences invisibles. “J’en viens toujours à cette trace indélébile que l’enfance laisse en chacun de nous”, dit Delphine de Vigan pour justifier son propos sur les violences invisibles, comme le fait pour un enfant de voir ses deux parents se vouer une haine des plus tenaces. Face à cela, les adolescents tentent de faire vivre un désir égalitaire, de ne pas délaisser un parent plus que l’autre, alors même que les familles françaises de plus en plus mono-parentales, selon l’Insee. Chez les enfants, cela se traduit par une “difficulté à séparer totalement les deux univers”, analyse la romancière, qui affirme avoir “vécu ça”. D’où sa volonté de dépeindre ces violences cachées, ces non-dits, ces secrets.