25 septembre 2019

EXCLU EUROPE 1
Emmanuel Macron sur l’immigration : “Aujourd’hui, nous sommes à la fois inhumains et inefficaces”

Dans un entretien exclusif avec Europe 1 accordé depuis le sommet des Nations unies à New York, le chef de l’État “assume de parler calmement d’immigration” avant un débat à l’Assemblée nationale, lundi.
EXCLUSIF

Emmanuel Macron a décidé de faire de la question migratoire l’un des thèmes centraux de cette rentrée politique. Et assume d’avoir relancé de très nombreux débats sur cette question inflammable, avant un débat à l’Assemblée nationale, lundi. Dans un entretien exclusif accordé à Europe 1, le chef de l’État “comprend très bien” l’émotion suscitée par ces débats et affirme “le faire dans un cadre extrêmement apaisé”.

 

Depuis New York, où s’est tenu le sommet des Nations unies, Emmanuel Macron estime sur notre antenne que “ça serait une erreur de dire que la question migratoire est une question tabou. “Il ne faut pas faire croire aux gens qu’on serait aujourd’hui débordés par ce phénomène-là ou que la France est un pays qui n’a jamais été un pays constitué pour partie par l’immigration, c’est faux”, défend-il.

Pour Macron, il faut “sortir de certaines postures”

Depuis ses déclarations aux parlementaires de la majorité, qu’il a invités à regarder le sujet de l’immigration “en face”, le président de la République a conscience d’avoir provoqué “débat compliqué” dans lequel “la réponse n’est pas univoque”. 

 

ENTENDU SUR EUROPE1 :
Aujourd’hui, à défaut d’être dans le ‘en même temps’, nous sommes bien souvent dans le “ni-ni’
 

Et, dans la lignée de ses positions prises depuis la campagne présidentielle, le chef de l’État prône de nouveau un “en même temps” en matière d’immigration : “Ce qui est important, c’est d’être humain et efficace et sortir de certaines postures dans lesquelles nous nous sommes enfermés”, critique-t-il au micro de notre envoyé spécial. “Aujourd’hui, à défaut d’être dans le ‘en même temps’, nous sommes bien souvent dans le “ni-ni’ : nous sommes ni humains ni efficaces, pour se donner bonne conscience ou pour faire les faux durs. J’assume de parler calmement d’immigration”, conclut-il, dénonçant de part et d’autre des “débats simplistes” sur le sujet.

La volonté de “reconduire plus efficacement”

Pour détailler son “en même temps”, le chef de l’État prône plusieurs changements dans la politique migratoire : “Pour pouvoir accueillir tout le monde dignement, on ne doit pas être un pays trop attractif”, annonce-t-il. “On doit le plus rapidement possible donner l’asile à ceux qui ont besoin de notre protection avec la volonté “d’intégrer beaucoup plus efficacement ceux qui ont droit à l’asile, avec des cours de français et une politique de l’emploi plus forte.”

Mais le chef de l’État a décidé d’accroître la fermeté des autorités sur le sujet : “Il faut analyser s’il n’y a pas des excès qui existent, et je crois qu’ils existent dans certaines catégories”, avance-t-il. “Ensuite, on doit reconduire beaucoup plus efficacement les personnes qui n’ont pas vocation à rester le territoire parce qu’elles y sont entrées illégalement et qu’elles ont parfois demandé l’asile et qu’elles n’y avaient pas droit.”

L’inspiration de Rocard

In fine, les mots d’Emmanuel Macron résonnent avec ceux de Michel Rocard en décembre 1989, il y a 30 ans : “Je maintiens que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible”, affirmait-il alors. “Nous allons de plus en plus vivre avec les migrations”, lance aujourd’hui Emmanuel Macron sur notre antenne. “Face à cela, nous devons nous organiser parce que la France ne peut pas accueillir tout le monde si elle veut accueillir bien.”