4 février 2019

8h15-L'invité politique d'Audrey Crespo-Mara
Européennes : pour Bernard Tapie, les “gilets jaunes” sont “la traduction réelle de ceux qui ne votent plus”

Invité exceptionnel d’Europe 1, Bernard Tapie explique pourquoi il soutient “moralement” la liste des “gilets jaunes” aux élections européennes.

INTERVIEW

À quoi joue Bernard Tapie avec les “gilets jaunes” ? L’emblématique homme d’affaires s’est porté au chevet de la liste constituée par Ingrid Levavasseur en vue des élections européennes. Elle a ainsi salué le “soutien moral” de Bernard Tapie. Mais l’ancien ministre se défend de porter la liste en coulisses. “J’ai donné des conseils uniquement quand on m’en a demandés. Il ne s’agit pas d’imposer quoi que ce soit, ce sont des gens qui sont la traduction réelle de ceux qui ne votent plus, soit 50% de la population aux européennes”, estime Bernard Tapie, invité d’Europe 1 de 8h à 9h lundi.

Pas de soutien politique. Convaincu du bien-fondé de l’action des “gilets jaunes”, Bernard Tapie trouve que “ce mouvement authentique, spontané, donne une traduction de la société telle qu’elle doit être”. Pour autant, il garde ses distances sur le plan politique. “Je ne peux pas donner de soutien politique car je ne connais pas la ligne qu’ils vont adopter. Mais c’est un soutien total pour qu’ils aillent au bout, au moins pour ne pas décevoir ceux qui se disent : ‘tiens, c’est nouveau'”, précise l’ancien homme d’État.

Quant à la question de savoir si, comme le pensent le Rassemblement national et La France insoumise, cette liste des “gilets jaunes” est une “manœuvre” pour leur prendre des voix, Bernard Tapie nie toute manipulation à visée électorale. “La grosse manœuvre, c’est les gens de la France insoumise et du Rassemblement national qui ont infiltré les ‘gilets jaunes’, pas le contraire”, tance l’homme d’affaires. “Ils ne vont pas prendre de voix aux partis existants. Ils vont prendre des voix aux abstentionnistes”, avance Bernard Tapie, qui nie être en contact avec Emmanuel Macron en vue des élections européennes.

“Pas une mauvaise chose” si le RN est pénalisé. Toutefois, il voit bien d’un bon œil la possibilité que la liste des “gilets jaunes” empiète sur les plates-bandes du RN. “Il y a peut-être pas mal de gens qui allaient au Front national (sic) pour dire : ‘y en a marre’. Si une liste qui leur plaît plus les attire, c’est peut-être pas une mauvaise chose”, souligne, Bernard Tapie, lui qui s’est toujours battu contre l’extrême droite. “Le combat contre Jean-Marie Le Pen n’avait rien à voir avec le désaccord que je peux avoir avec Marine Le Pen. Il y avait une crapule qui contestait la réalité de la Shoah, ce n’est pas le cas de sa fille”, souligne-t-il.