24 avril 2017

François Baroin : “J’assume ma part de responsabilité, une défaite n’est jamais individuelle”

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, le sénateur LR François Baroin a assuré, sur Europe 1, que la défaite de François Fillon n’était pas imputable uniquement au candidat de la droite.

INTERVIEW

“Il y a sûrement eu énormément d’erreurs qui nous amènent à ne pas être qualifié au second tour”. Sur Europe 1, lundi matin, au lendemain des résultats du premier tour de la présidentielle et de la disqualification de François Fillon, François Baroin, sénateur LR et fer de lance de la campagne de l’ancien Premier ministre, a dit “assumer sa part de responsabilité”. 

“Il faut être digne”. “J’ai accompagné François Fillon jusqu’à hier soir, une défaite n’est jamais individuelle”, a-t-il assuré. “Il faut être digne. Je pense qu’il y aura des interrogations sur la reconstruction, maintenant on va basculer sur la préparation pour les législatives, essayer de définir un pacte de gouvernement avec nos partenaires de l’UDI, définir une capacité de diriger le pays”, a-t-il ajouté.

Une baisse au lendemain de la primaire. Selon lui, la défaite du candidat de la droite n’est pas uniquement imputable aux affaires visant le Sarthois. Dimanche soir, Eric Woerth, l’ancien secrétaire général de Les Républicains, avait, lui, dressé un constat sans ambiguïté, assurant que le seul responsable de cet échec était François Fillon. “La baisse de François Fillon est apparue au lendemain de la primaire de la droite avec les problématiques autour de la sécurité sociale et autour de l’importance de la suppression de postes de fonctionnaires”, souligne François Baroin. “L’interrogation doit être beaucoup plus lourde”.

“Nous ne voulons pas de Le Pen”. Lundi matin, François Baroin a rappelé, après l’avoir déjà affirmé dimanche soir, que sa priorité pour l’entre deux tours serait de faire barrage au Front national. “Je souhaite que mon parti ne mette pas sur le même plan la candidate de l’extrême droite, la candidate du chaos, de la disparition de l’Europe et des classes populaires et Emmanuel Macron. Il faut éclairer les gens. L’immense majorité de la famille gaulliste a toujours été un adversaire déterminé du FN, nous ne voulons pas de Le Pen à la tête du pays.”

Un article Europe1.fr