27 mars 2018

8h15 - L'invité de Patrick Cohen
Guillaume Peltier : “Par principe, nous devons interner les fichés S les plus dangereux “

Le vice-président des Républicains, Guillaume Peltier, a défendu la mesure prônée par Laurent Wauquiez d’interner les fichés S les plus dangereux. Ils seraient au nombre de 4.000 en France.

INTERVIEW

Attaque en règle envers Emmanuel Macron et mesures pour enrayer le salafisme : Guillaume Peltier partage en tout point la vision de Laurent Wauquiez. Invité de la Matinale d’Europe 1 mardi, le député du Loir-et-Cher a appelé le chef de l’Etat à “revêtir les habits de chef de guerre”, cinq jours après les attaques terroristes de l’Aude. “Nous sommes en guerre, et le pire est probablement devant nous. Par conséquent, nous devons prendre la mesure absolue, raisonnée, de la gravité de la situation”, a-t-il soutenu.

Rétablir l’état d’urgence. Le bras droit de Laurent Wauquiez a détaillé les mesures prônées par son camp. À commencer par “le rétablissement de l’état d’urgence”. S’il convient qu’une telle mesure serait “de l’ordre du symbole”, il avance aussi que “la fin de l’état d’urgence a désarmé psychologiquement l’Etat, et affaibli les pouvoirs des forces de sécurité”.

Placer les fichés S en rétention. Surtout, Guillaume Peltier se place fermement du côté des partisans d’une rétention automatique des fichés S. “Par principe, nous devons interner les fichés les plus dangereux”, soutient-il au micro de Patrick Cohen. “19.745 personnes appartiennent au fichier FSPRT (le fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste, ndlr), 4.000 sont considérés comme les plus dangereux”, indique-t-il, avant de préciser les “critères” qui permettraient leur internement : “condamnation pénale pour délinquance, consultation régulière de sites salafistes, fréquentation de mosquées salafistes… Il faut que l’Etat français puisse leur imposer une rétention de sûreté.” Enfin, le vice-président de LR préconise l’expulsion des étrangers fichés.

ENTENDU SUR EUROPE 1
Nous sommes en guerre et nous devons utiliser des armes redoutables pour éradiquer les terroristes

“Le devoir de protéger le peuple français”. “Nous considérons que l’Etat de droit, c’est fondamental, mais qu’au-delà, il y a le devoir d’Etat de protéger le peuple français”, juge Guillaume Peltier. “Oui, s’il faut créer des assignations administratives de manière préventive, nous devons le faire. Car aujourd’hui, les forces de renseignements et de sécurité sont débordées”, justifie l’élu. “Arrêtons avec la naïveté, arrêtons avec la candeur. Nous sommes en guerre et nous devons utiliser des armes redoutables pour éradiquer les terroristes”, plaide-t-il. “C’est en étant impitoyables, fermes et résolus que nous pourrons tourner la page tragique du terrorisme dans notre pays.”

Incarner “l’esprit de résistance”. S’il considère que la majorité LREM à l’Assemblée devrait “écouter les conseils sages” de l’opposition pour “protéger le pays”, Guillaume Peltier convient que “le risque zéro n’existe pas”. “Nous ne sommes pas là pour dire cela. Quand on fait de la politique, on pense qu’on peut toujours faire mieux. On n’a pas combattu et vaincu le nazisme avec des arguments, des excuses, de la repentance, ou même l’unité nationale. On a vaincu le nazisme avec des actes, avec des armes, avec un esprit de résistance. C’est cet esprit de résistance que nous voulons porter avec Laurent Wauquiez”, rétorque-t-il.