17 décembre 2018

INFORMATION EUROPE 1 – Quatre suspects interpellés après des incendies de péages

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux barrières de péage de l’autoroute A51 ont été la cible d’incendiaires dans les Alpes-de-Haute-Provence. Quatre suspects ont été interpellés et placés en garde à vue. 

INFO EUROPE 1

Deux barrières de péage de l’autoroute A51 ont été la cible d’incendiaires dans la nuit de dimanche à lundi, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Vers 22h30, une première cabine de paiement a été volontairement incendiée par des pneus enflammés avec des fumigènes au péage de Manosque. Vers 3h30, une autre cabine de cette même barrière de péage a également été incendiée.

Quatre personnes prises en flagrant délit. Dix minutes plus tard, à une vingtaine de kilomètres plus au nord, les gendarmes ont interpellé en flagrant délit quatre personnes au péage de La Brillanne, selon les informations recueillies par Europe 1. Les suspects étaient en train d’installer des palettes en bois sur une cabine afin d’y mettre le feu. Ils ont été placés en garde à vue. Une enquête judiciaire a été ouverte. “Malgré d’importants dégâts, les bretelles d’entrée et de sortie restent ouvertes”, a précisé l’exploitant Vinci Autoroutes. 

Un autre cabine de péage incendiée à Béziers. Vinci a également fait état de l’incendie d’une cabine de péage à Béziers Cabrials. Les automobilistes doivent en conséquence quitter l’autoroute A9 à Agde pour rejoindre Pézenas par le réseau secondaire et récupérer l’A75.

Des péages visés depuis plusieurs semaines. Depuis plusieurs semaines, des péages et installations autoroutières du sud de la France, de Perpignan à Orange en passant par La Ciotat, ont été dégradés. Lundi matin, Vinci a fait état de manifestations “moins nombreuses” mais “une quarantaine d’échangeurs” restaient perturbés et certains accès fermés.

Des dégâts évalués à “plusieurs dizaines de millions d’euros”. Dimanche, le groupe de BTP et de concessions Vinci avait annoncé estimer à “plusieurs dizaines de millions d’euros” le montant des dégâts commis sur l’ensemble de son réseau lors et en marge des manifestations des “gilets jaunes”  depuis un mois. “Près de 250 sites ont ainsi été impactés quotidiennement par les actions des manifestants”, ajoutait-il. Les mises à feu volontaires ont notamment détruit six bâtiments d’exploitation, dont la direction régionale de Narbonne, 33 véhicules d’intervention, 15 échangeurs et plateformes de péage, et dégradé de nombreuses chaussées.