28 août 2019

8h15 - L'interview politique de Sonia Mabouk
Jean Leonetti dénonce “le mensonge institutionnel” du gouvernement sur la PMA

Le président par intérim des Républicains a estimé, mercredi sur Europe 1, qu’il n’y a pas eu de débat éthique sur la PMA ouverte à toutes les femmes, et a dénoncé la fragilité du gouvernement sur la question de la filiation.
INTERVIEW

Les Républicains sont vent debout contre l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Du moins leur président par intérim, Jean Leonetti, qui a dénoncé mercredi matin sur Europe 1 le “mensonge institutionnel” du gouvernement sur cette question, alors que la ministre de la  Justice a annoncé lundi que les mentions “mère” et “mère” apparaitraient sur l’acte de naissance des enfants élevés par un couple lesbien.

“On naît d’un homme et d’une femme, tout le monde le sait. Le fait de dire qu’on peut avoir un enfant sans père, ça gomme la paternité. Après, on l’assume ou on ne l’assume pas”, a lancé l’ancien ministre des Affaires européennes.

“Est-ce que l’enfant a des droits ou est-ce qu’on a un droit à l’enfant ?”

Jean Leonetti regrette que le gouvernement n’ait pas lancé de débat sur cette question. “Dire, comme Agnès Buzyn, que ce n’est pas un débat éthique… mais c’est quoi alors un débat éthique ?”, a fait mine de s’interroge le leader de LR. “Un débat éthique, c’est s’interroger sur les avantages, les inconvénients, les avancées de la science, l’attente de la société. C’est ça, un vrai débat. A partir du moment où on dit ‘c’est un marqueur parce que le président l’a promis’, il n’y a plus de débat”, a-t-il tranché.

Jean Leonetti est allé plus loin. “Il y a un mensonge. Quand on dit ‘la PMA pour toutes, ça ne touche que l’amour entre deux femmes’. Là on dit bien sûr, deux femmes peuvent s’aimer. Mais ce n’est pas la question de qui. C’est la question de l’enfant. Est-ce que l’enfant a des droits ou est-ce qu’on a un droit à l’enfant ?”, a-t-il lancé, dénonçant “la subtilité qui montre bien la fragilité de la position : on va dire qu’il y a une mère principale, celle qui aura accouché. Et l’autre, elle est quoi ? Elle est mère numéro 2, mère accessoire, mère de substitution ? Le mensonge qui existe, c’est d’avoir dit qu’il n’y a aucun lien entre la PMA pour toutes et la filiation, et de se rendre compte qu’il y a un lien”, a-t-il conclu.