06 septembre 2017

9h-9h30 Melting Pop
Jeanne Balibar : “L’improvisation, c’est le nerf de la guerre”

L’actrice est à l’affiche de “Barbara”, film sur la chanteuse qui mêle à la fois fiction et documents d’archives, et où la part d’improvisation pendant le tournage a été grande.

INTERVIEW

Film événement du mois de septembre, Barbara de Mathieu Amalric sort mercredi en salles, avec en vedette Jeanne Balibar. L’actrice incarne une comédienne, Brigitte, qui doit prochainement jouer Barbara au cinéma. Un film dans le film, entre réel et rêverie, images d’archives et fiction, dans lequel Jeanne Balibar excelle. “Formellement, c’était casse-gueule”, reconnaît la comédienne dans Melting Pop, sur Europe 1.

“On réagit à la vérité du plateau”. Ancienne compagne de Mathieu Amalric, réalisateur du film, Jeanne Balibar explique que cette complicité a profité au film. “Avec Mathieu, on s’intéresse à la même chose dans le cinéma. Ce qui nous intéresse, c’est de rigoler”, confie la comédienne. “Le plateau de cinéma est une immense occasion de rigoler. C’est cela qui nous inspire. On réagit à la vérité du plateau et on espère que cela donne une vérité ludique à ce que l’on fait”, détaille Jeanne Balibar, soulignant l’importance de sortir du texte : “l’improvisation c’est le nerf de la guerre”.

Publicité
IFrame

Barbara la militante. “Ce qui était beau avec ce personnage, cette chanteuse, c’est ce côté à la fois ‘conte de fée’ et en même temps ‘fée Carabosse'”, explique Jeanne Balibar. Pour entrer dans le personnage, la comédienne a consulté des archives et documents inédits sur l’interprète de L’aigle noir. C’est là qu’elle a découvert une facette méconnue de Barbara. “Ce qui m’a le plus impressionné, c’est la manière dont elle s’est engagée dans les prisons. Elle avait aussi une ligne privée chez elle, pour répondre directement aux malades du sida”, dévoile Jeanne Balibar. “Elle n’a jamais parlé de tout cela. C’est une forme de militantisme privée que je trouve impressionnante”.