16 mai 2017

7h45 - L'invité de Thomas Sotto
Jérôme Guedj : “Pour moi, Edouard Philippe a toujours été un homme de droite”

Jérôme Guedj, conseiller départemental PS de l’Essonne, est revenu pour Europe 1 sur la nomination de son ami Edouard Philippe en tant que Premier ministre d’Emmanuel Macron.

Jérôme Guedj l’assure, Edouard Philippe “a toujours été un homme de droite”. Conseiller départemental PS de l’Essonne, il est ami avec le Premier ministre d’Emmanuel Macron depuis plus de 20 ans. Et malgré leurs “désaccords politiques”, il est très bien placé pour évoquer le cas d’Edouard Philippe. “Je veux tordre le cou à la légende selon laquelle Edouard était un militant socialiste”, a-t-il tenu à préciser.

Les deux hommes se sont rencontrés pendant leurs études à Sciences Po. “Je viens de Massy-Palaiseau et lui venait de Rouen. Lui venant de province, moi venant de banlieue, on n’était pas tout à fait dans les clous habituels de Sciences Po donc on a sympathisé assez vite. On est devenu amis à ce moment-là”, se souvient-il.

“On a de bons désaccords.” “On est resté amis dans la vie, amis en politique, mais avec des désaccords politiques. Il y a des sujets sur lesquels on peut être d’accord, ça s’appelle la dispute apaisée, mais il y en a d’autres sur lesquels on a de bons désaccords. (…) Il était député à l’Assemblée nationale quand j’y étais comme député. Il n’a pas voté des réformes de gauche que j’ai soutenues comme député”, confie Jérôme Guedj.

Edouard Philippe est notamment réputé pour avoir un fort caractère. “C’est la raison pour laquelle je lui ai dit hier par texto que j’avais très envie de le retrouver à l’Assemblée nationale”, a confié Jérôme Guedj, actuellement en campagne pour les élections législatives à Massy-Palaiseau. “Il va forcément soutenir les différents candidats de La République en marche! dans les différentes circonscription. J’ai une candidate de La République en marche! qui vient d’être parachutée dans ma circonscription. J’espère pouvoir débattre avec elle et pouvoir retrouver Edouard dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale”, raconte-t-il.

La nomination d’Edouard Philippe, “une forme de clarification”. Pour que cela se produise, il lui faudrait donc remporter sa circonscription. “Je tracte pour ma campagne et je dis aux gens : ‘On a un Premier ministre de droite, il vous faut des députés de gauche’. Et avec la nomination d’Edouard Philippe hier (lundi), c’est une forme de clarification qui est intervenue. J’imagine qu’il va y avoir d’autres ministres Les Républicains. Ça ressemble de plus en plus à une vaste opération de recyclage”, estime Jérôme Guedj, qui n’oublie pas la campagne pour les législatives qu’il mène actuellement.

L’amitié qui le lie à Edouard Philippe pourrait-elle lui offrir un poste de ministre ? “Non ! Il sait le non sens politique auquel cela aboutirait”, s’exclame Jérôme Guedj. Fair-play, il a tout de même souhaité bon courage à son ami pour la tâche qui l’attend : “Je lui souhaite bon courage humainement mais j’espère que politiquement, on va le mettre en difficulté.”