07 décembre 2017

10h00 - 12h00 Bonjour la France
Julien Clerc : chanter en duo avec Johnny Hallyday, “une chance inouïe”

INTERVIEW

Les hommages se multiplient après l’annonce de la mort de Johnny Hallyday. Sur scène mercredi soir, Julien Clerc a également tenu à lui rendre hommage en interprétant Quelque chose de Tennessee lors de son concert à Lyon. Invité de Bonjour la France jeudi, l’artiste a évoqué le lien qu’il entretenait avec la star décédée.

Chanter en duo avec lui, “c’était spécial”. “Je n’ai pas été un ami intime, mais j’ai eu une chance inouïe que n’ont pas eu beaucoup d’autres : j’ai eu la chance de faire beaucoup de duos avec lui”, explique Julien Clerc. Des souvenirs qui lui resteront “à jamais”. “J’ai chanté avec beaucoup d’artistes dans ma vie, mais avec lui, c’était spécial”, confie-t-il. “Quand il faisait un duo, c’était pour faire plaisir”.

Julien Clerc garde d’ailleurs un souvenir très précis d’un duo avec Johnny Hallyday. “Une émission m’était consacrée et je lui avais demandé de faire un duo avec moi. Quand on en faisait un avec lui, il fallait chanter une chanson de Johnny”, raconte l’interprète de Ma préférence. Pour cet événement, c’est le titre Je veux te graver dans ma vie qui est choisi. Connaissant la puissance vocale de Johnny Hallyday, Julien Clerc veut écouter la chanson avant, pour être sûr, “de ne pas se faire massacrer vocalement”. “Si je te propose cette chanson, c’est parce qu’elle te va bien”, lui assure la star.

​”Quelques semaines plus tard, je suis arrivé au concert. Je répète, comme toujours sans lui, car il ne répétait pas”, se souvient l’artiste. Un membre de la production lui annonce alors que Johnny Hallyday vient d’arriver et qu’il attend dans sa caravane. Sur la route, Julien Clerc garde en tête ses interrogations concernant sa performance vocale par rapport à celle de Johnny. Mais finalement, le chanteur va vite le rassurer. “Je rentre, il était assis et là, il se retourne et me dit : ‘rien à craindre, je suis aphone'”, se remémore le chanteur dans un sourire.