03 novembre 2017

09h30 - Village Médias
Karim Rissouli : “Pour beaucoup de nos concitoyens, la politique est cryptée”

Pour le présentateur du magazine politique hebdomadaire de France 5, invité vendredi au micro d’Europe 1, il est essentiel de parler de politique avec simplicité.

INTERVIEW

C’st une émission de politique qui ne reçoit plus aucun politique. Depuis la saison 2016, Karim Rissouli présente chaque dimanche, en direct, la nouvelle formule de C politique sur France 5. “Le concept, c’est de faire un grand magazine de politique et de société. Ça s’appelle C politique, mais ça ne parle pas uniquement de politique !”, insiste le présentateur, invité vendredi de Village Médias sur Europe 1.

“Une émission que l’on a envie de regarder”… Si le magazine reçoit des sociologues, des philosophes, des essayistes, ou encore des écrivains,les politiciens n’y sont plus invités depuis deux ans. “Je n’aurai pas envie, aujourd’hui, de regarder une émission politique de deux heures avec un invité politique en plateau et uniquement des chroniques sur la politique politicienne. On a envie de mettre à l’antenne une émission que l’on a envie de regarder”, explique Karim Rissouli. “Avoir un regard d’historien comme Thomas Snégaroff, d’enquêteur comme Maxime Darquiez, ou de quelqu’un qui fait beaucoup de pédagogie comme Camille Girerd, c’est quelque chose que, moi, j’aurai envie de voir”, fait-il valoir.

… “et qui nous ressemble”. “Je ne pense pas que les gens en ont rien à foutre de la politique. Je pense qu’ils en ont marre du personnel politique, et je pense qu’ils ont parfois raison d’en avoir marre. Mais je pense que la politique passionne tout le monde”, estime pourtant Karim Rissouli. “Je pense que pour beaucoup de nos concitoyens la politique est cryptée. C’est un monde que l’on connait bien, que l’on côtoie depuis des années [en tant que journaliste, ndlr] mais les us et coutumes des politiques, la façon dont ils se parlent, leur vocabulaire est crypté”, souligne le journaliste. “Quand on parle de politique, on se sent parfois obligé de mettre une cravate et de ne pas parler comme dans la vie de tous les jours, mais nous, on essaye justement de faire une émission qui nous ressemble”.