05 juin 2018

Europe Matin
La retraite, la relève, son attachement à Roland-Garros… Retrouvez les temps forts de l’interview de Rafael Nadal

Le numéro un mondial espagnol était l’invité exceptionnel d’Europe 1 mardi. Il s’est confié sur son bonheur d’être à Roland-Garros, sur sa future retraite et sur la relève. Et il a même glissé quelques mots en français.

INTERVIEW

Rafael Nadal, à Roland-Garros, est le maître des lieux. Le Majorquin a remporté le tournoi à dix reprises, un record évidemment, et est encore le grand favori cette année. Il s’est d’ailleurs facilement qualifié lundi pour les quarts de finale. Le numéro un mondial espagnol était l’invité exceptionnel d’Europe 1 mardi. Il a évoqué son plaisir intact d’être porte d’Auteuil, mais aussi sa future retraite, qui approche alors qu’il a 32 ans, mais qui ne l’angoisse pas, assure-t-il. Il s’est aussi essayé à répondre à quelques questions en français.

Roland-Garros ? “Je me sens très aimé, chouchouté” ici

“Je suis ravi d’être là ici encore une fois. Je suis vraiment très content, parce que cela fait déjà huit ou neuf jours que je suis présent ici. C’est un tournoi très spécial pour moi. C’est certainement le tournoi le plus important de ma carrière”, a affirmé Rafael Nadal, au lendemain de sa qualification en quarts de finale, face au jeune Allemand Maximilian Marterer (6-3, 6-2, 7-6). “Je suis ravi d’être ici avec mon équipe, ma famille et tout le staff, toutes les équipes de Roland-Garros, qui me soutiennent”, a-t-il assuré. “Je me sens très aimé, chouchouté ici. Le public en plus m’aime beaucoup et je ne peux qu’être reconnaissant”.

La retraite ? “Ce n’est pas quelque chose qui m’angoisse”

“Peut-être je n’ai pas beaucoup de temps, mais peut-être j’en ai beaucoup. On ne peut pas le savoir, on ne peut pas le prévoir. Qui peut prévoir l’avenir ?”, s’est interrogé le joueur. “En même temps, ce n’est pas quelque chose qui me préoccupe. J’essaye de vivre au jour le jour, d’être content, d’en profiter. Le jour où je devrai dire adieu, eh bien je le ferai. Ce n’est pas quelque chose qui m’angoisse“, a assuré le numéro un mondial.

Et de toute façon, Rafael Nadal ne s’éloignera pas de la petite balle jaune. “Je serai, je pense, impliqué dans le monde du tennis, d’une manière ou d’une autre, dans le cadre de mon académie”, a expliqué le décuple vainqueur du tournoi. “Mais quand le moment arrivera, il arrivera. Il y a d’autres choses, des choses très belles. Ce sont des choses de la vie qu’il faut parcourir”.

La relève ? “Les jeunes sont grands, puissants et frappent très fort”

En tout cas pour l’instant, la relève ne lui fait pas peur. En témoigne sa nette victoire lundi face à l’Allemand Maximilian Marterer, 22 ans seulement, et annoncé comme un futur crack, parmi d’autres, du tennis mondial. “C’est un joueur qui a un grand potentiel. Il améliore son niveau de tennis semaine après semaine. C’est une jeune qui a des possibilités de grandir encore. On verra jusqu’où il va arriver”, a-t-il poliment commenté au sujet de sa victime de la veille. “Je pense que les jeunes sont plus agressifs. Je ne pense pas qu’ils aient beaucoup de tactique. Bien sûr, il y en a, mais ce n’est pas le changement fondamental. S’il faut en retenir un, c’est que les jeunes sont grands, puissant et ce sont des joueurs qui frappent très fort.”

En français dans le texte

Enfin, Rafael Nadal a répondu à quelques questions en français. “Roland-Garros, c’est le tournoi le plus important de ma carrière. C’est la vérité. Vraiment, pour moi, de jouer ici, c’est très spécial. Et pour moi, jouer sur le Philippe-Chatrier, devant tout le public ici à Paris, c’est une grande émotion. Je dis merci à tout le monde”, a-t-il glissé dans un français forcément un peu hésitant.
Et comme chaque année, Rafael Nadal a fêté son anniversaire porte d’Auteuil. ” L’anniversaire, c’est un moment très joli, très important pour moi”, a-t-il répondu, toujours en français. “Merci à tout le monde ici à Roland-Garros. Tout le staff, tous les préparateurs. Partager ce moment avec moi”, a conclu le numéro un mondial.