15 septembre 2017

INFO EUROPE 1
L’ancien maire de Cannes, Bernard Brochand, condamné pour avoir dissimulé un compte en Suisse

INFO E1 – Le député des Alpes-Maritimes doit se voir communiquer sa peine vendredi matin. Il a dissimulé pendant l’ensemble de ses mandats de député un compte en banque généreusement garni en Suisse.

INFO EUROPE 1

Il est le doyen des députés, et la justice doit le condamner officiellement en fin de semaine pour avoir oublié de déclarer une partie de son patrimoine. Bernard Brochand, 79 ans, député Les Républicains – et l’un des rares à avoir gardé sa place après le triomphe d’En Marche! aux législatives de juin -, est convoqué au tribunal de Paris vendredi matin. Il avait omis de mentionner un compte en suisse, compte généreusement garni.

1,2 million d’euros en Suisse. Son compte en banque dormait chez UBS depuis 40 ans. Fin 2013, Bernard Brochand détenait 1,2 million d’euros. Mais quelques mois après l’affaire Cahuzac, un signalement remonte à la toute nouvelle Haute Autorité pour la Transparence ; l’intéressé vient de régulariser sa situation avec Bercy, il est démasqué.

Publicité
IFrame

Un compte quasiment oublié. Pourtant, le député des Alpes-Maritimes s’était félicité peu avant d’avoir toujours déclaré son patrimoine au cours de ses mandats. Faux, de toute évidence. De 2001, date de sa première élection, à 2014, aucune mention de ce compte en banque n’apparaît dans ses déclarations. Pour se justifier, l’ancien maire de Cannes, et publicitaire fortuné, évoque ses activités à l’étranger et des dividendes versées par une société américaine. Il ajoute que c’est UBS qui gérait ce compte, quasiment oublié selon lui, au point qu’il omette de le mentionner dans ses déclarations à l’Assemblée.

Le cancre de l’hémicycle. Il y a quelques jours, Bernard Brochand a été reçu discrètement au tribunal pour une audience de plaider-coupable. La peine qui lui a été proposée sera homologuée vendredi matin. Il pourrait tout de même échapper à l’inéligibilité et retourner travailler sereinement au Palais Bourbon où un collectif d’observateurs lui a récemment décerné un bonnet d’âne : une présence épisodique en séance, aucun rapport parlementaire ni aucune proposition de loi, durant la dernière législature.