20 octobre 2017

9h30-10h00 Village Médias
Le CSA en guerre contre Bolloré ? “Nous sommes intervenus pécuniairement après deux ans de dialogue infructueux”

Le président du CSA, invité vendredi d’Europe 1, assure que les sanctions prises contre C8, la chaîne de Vincent Bolloré, s’inscrivent dans un mouvement déclenché par la société civile à l’égard des excès de “Touche pas à mon Poste”, l’émission de Cyril Hanouna.

INTERVIEW

Entre le CSA et Vincent Bolloré, le torchon brûle. Vivendi a déposé sept recours pour contester les sanctions prononcées à l’encontre de la chaîne du groupe, C8, et de son animateur phare, Cyril Hanouna. Vincent Bolloré réclame notamment 13 millions d’euros pour compenser la suppression de la pub dans Touche pas à mon Poste.

Des sanctions lancées par la société civile. “Nous sommes intervenus fortement pécuniairement après deux années de dialogue infructueux [avec C8, ndlr] qui portaient notamment sur l’indépendance et l’impartialité du pouvoir éditorial au regard des intérêts économique dont le groupe de Monsieur Bolloré a la charge. Sur ce problème, nous n’avons obtenu aucun résultat”, a défendu Olivier Schrameck, président du CSA, vendredi au micro de Village Médias sur Europe 1. “La sanction originale que nous avons prise, prévue par la loi, à savoir la suppression de la publicité, a été lancée par la société civile elle-même”, veut également rappeler le responsable. “Ce sont les entreprises qui, de leur propre initiative, ont commencé à refuser de laisser leurs publicités au bénéfice de cette émission. Nous avons donc été, tout en respectant la loi, dans le courant de la réaction de la société civile”.

Une cible privilégiée. Devenu la cible de nombreux sketchs de Cyril Hanouna ou encore des Guignols qui le présentent en censeur, Olivier Schrameck assure en outre faire passer sa fonction avant tout ressentiment personnel. “C’est notre rôle de faire plus de mécontents que de satisfaits, et donc, nous avons effectivement l’habitude d’être ralliés. Si ceux qui s’y essayent pensent qu’ils vont infléchir notre position, dans un sens ou dans un autre, ils vont être bien déçus !”, déclare-t-il.”Ma réaction d’homme doit s’effacer derrière la responsabilité de ma fonction”.