Législatives : Valls ne remplit pas “à ce jour” les critères d’une investiture, estime Delevoye

Parce qu’il n’est pas adhérent d’En Marche!, l’ancien Premier ministre ne peut pour l’heure prétendre à une investiture sous l’étiquette du mouvement présidentiel, indique sur Europe 1 Jean-Paul Delevoye.

INTERVIEW

Manuel Valls veut entrer dans la majorité présidentielle, mais au sein d’En Marche!, on accueille plutôt tièdement l’initiative de l’ancien Premier ministre. “À ce jour, il n’est pas dans le critère d’acceptation de sa demande d’investiture”, a répondu Jean-Paul Delevoye mercredi matin sur Europe 1. “Aujourd’hui, la commission nationale d’investiture que je préside ne peut pas analyser la candidature de Manuel Valls”, précise le responsable de la Commission nationale d’investiture du parti.

Une série de critères à remplir. Le critère qu’il ne remplit pas ? “Être adhérent”, détaille encore l’ancien ministre de Jacques Chirac. “Ceux qui veulent s’inscrire doivent respecter tous les critères, s’ils ne le font pas, ils ne sont pas chez nous, et dans ce cas-là nous mettons un autre candidat”. Des critères que ne remplirait pas non plus le Républicain Bruno Le Maire, qui a indiqué vouloir entrer dans la majorité présidentielle, a encore fait savoir Jean-Paul Delevoye : “À ce jour, pas de dépôt de candidature !”.

Nous n’avons pas vocation à recycler”. “Nous voyons bien, aujourd’hui, qu’il n’est pas forcément opportun pour le mouvement En Marche! d’intégrer la candidature de Manuel Valls. Et en même temps, il faut analyser la parole d’un Premier ministre”, ajoute Jean-Paul Delevoye alors même que Manuel Valls est désormais en rupture avec sa famille politique, et dont la position est vivement fustigée par de nombreux élus socialistes. “Nous n’avons pas vocation à recycler, nous avons vocation à construire une nouvelle offre citoyenne”.

“Une forme de courage politique”. “Il est parfaitement lucide, et il est cohérent. Il avait annoncé les gauches irréconciliables, et il va jusqu’au bout de sa démarche, c’est une forme de courage politique et d’authenticité”, lui reconnait cependant Jean-Paul Delevoye.