23 mars 2020

8h15-L'inteview politique de Sonia Mabrouk
Les soignants face au coronavirus : “On envoie nos soldats faire la guerre en petite culotte”, fustige Marine Le Pen

Alors que l’épidémie de coronavirus progresse toujours en France, les soignants se trouvent en première ligne. Invitée d’Europe 1 lundi matin, Marine Le Pen a fustigé le manque de matériel de protection mis à leur disposition. 

INTERVIEW

“Nos soignants ont besoin d’armes pour se protéger, pour gagner cette guerre.” Invitée d’Europe 1 lundi matin, Marine Le Pen a pointé du doigt le manque de protections mises à disposition des médecins, infirmières et aides-soignants dans leur lutte contre l’épidémie de coronavirus.

“Si les décisions qui sont prises consistent à envoyer nos soldats faire la guerre en petite culotte, au risque de se faire tuer, l’opposition a son mot à dire”, a souligné la présidente du Rassemblement national (RN), rappelant avoir questionné le gouvernement dès le 11 février sur la pénurie de masque qui se dessinait. 

“Le malheur de nos voisins aurait dû nous servir d’expérience”

Selon la présidente du RN, l’exécutif français n’a pas pris assez tôt la mesure de la crise sanitaire. “Le malheur de nos voisins aurait dû nous servir d’expérience. Nous nous retrouvons aujourd’hui à prendre des décisions prises par l’Italie il y a 10 jours”, pointe-elle. 

Elle appelle également l’exécutif à se montrer plus clair dans ses consignes, estimant qu’il a donné jusqu’ici une ribambelles d’ordres “incompréhensibles”. “On a appelé les Français à sortir, puis à rester chez eux, mais en allant voter…”, rappelle la présidente du Rassemblement national. 

Dimanche, le Conseil d’Etat a enjoint le gouvernement de revoir d’ici 48 heures certaines dérogations de déplacement “au caractère ambigu”, et enjoint le gouvernement de “préciser” le “degré d’urgence” des motifs de santé justifiant un déplacement.