23 février 2018

6h20 - L'invité de Raphaëlle Duchemin
L’Observatoire de la laïcité “déçu” par le rapport Clavreul, “qui ne répond pas vraiment à la demande initiale”

Nicolas Cadène, rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité, estime que le rapport du préfet Gilles Clavreul dresse un constat qui “n’est pas nouveau” et regrette que la plupart des mesures proposées soient en réalité déjà mises en place.

INTERVIEW

C’est un rapport qui fait déjà débat. Celui du préfet Gilles Clavreul, commandé par le ministère de l’Intérieur, et qui, sur des dizaines de pages, fait un état des lieux du respect de laïcité en France. Mais aujourd’hui, l’Observatoire de la laïcité, à l’origine du projet, se dit “déçu”, car “le document ne répond pas vraiment à la demande initiale”, comme l’explique Nicolas Cadène, rapporteur général de l’organisme dans Europe 1 Bonjour vendredi.

“Le rapport ne répond pas vraiment à nos questions”. “C’est l’Observatoire de la laïcité qui a demandé à ce que des études et un examen des situations soient effectués pour améliorer la coordination entre les administrations de l’Etat et les collectivités locales sur les questions de laïcité”, souligne Nicolas Cadène. “Le problème, c’est que le rapport ne répond pas vraiment à cette question”. Ce qui explique aujourd’hui l’accueil très mitigé de l’organisme concernant le document. Le rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité va même plus loin, en soulignant que les constats sont datés et ne prennent pas en compte certaines actions, développées ces dernières années.

Des manifestations identitaires qui ont “plutôt tendance à reculer que s’affirmer”.Ainsi, selon ce fameux rapport, publié par Le Figaro, “les manifestations d’affirmation identitaire se multiplient et se diversifient”, avec par endroits des “contestations de la laïcité”. “Bien sûr que cela existe, mais là encore, ce n’est pas nouveau et cela a plutôt tendance à reculer que s’affirmer”, indique Nicolas Cadène. Le constat du recul de la laïcité dans certaines zones “date d’une décennie, (…) mais il y a eu beaucoup de choses mises en oeuvre ces cinq à dix dernières années, notamment dans l’Education nationale”, affirme le spécialiste. 

Des mesures qui ne font que reprendre “des choses déjà mises en oeuvre”. Dans son rapport, Gilles Clavreul propose cinq mesures, avec notamment la mise en place d’une cartographie des “situations problématiques”. “C’est déjà fait”, constate avec déception Nicolas Cadène. “Finalement, sur toutes les propositions, il y en a deux qui vont dans le sens de notre demande initiale, mais qui sont très discutables, et pour le reste, ça ne fait que reprendre, essentiellement, des choses que l’on a déjà mises en oeuvre”.