13 mars 2018

Info Europe 1
Lyon : une bibliothèque incendiée après le démantèlement d’un trafic de drogues

À la suite du démantèlement d’un trafic de drogue générant jusqu’à 10.000 euros de chiffre d’affaires par jour à Lyon, une bibliothèque municipale a été incendiée lundi soir.

INFO EUROPE 1

Le démantèlement d’un important trafic de drogue à Lyon début mars a donné lieu dans la nuit de lundi à mardi à des représailles, selon les informations d’Europe 1.

Une bibliothèque volontairement incendiée. Vers 23h30, la bibliothèque municipale du quartier de La Duchère (où était implanté le trafic) a été volontairement incendiée. Les flammes ont très fortement endommagé le bâtiment et le feu a été maîtrisé par les pompiers vers une heure du matin. Sur place, deux incendiaires présumés ont été arrêtés et placés en garde à vue. Âgés de 21 ans et 22 ans, ils sont déjà connus des services de police.

Un réseau bien organisé. Le 5 mars dernier, les policiers lyonnais avaient démantelé un trafic de drogue dont le chiffre d’affaires s’élevait entre 8.000 et 10.000 euros par jour, selon LCI. Les trafiquants avaient investi deux entrées d’un immeuble du quartier prioritaire de La Duchère depuis mai 2017.

Le système était parfaitement organisé. Aux entrées, des guetteurs orientaient les clients vers les étages où les dealeurs avaient installé des barricades de caddies de supermarché dans les escaliers. Ils pouvaient donc vendre à travers le grillage tout en étant protégés des descentes de police. Les caddies pouvant ralentir les forces de l’ordre et leur permettre de fuir dans des appartements ou des coursives extérieures.

D’importantes saisies. Lors de l’opération de police qui a mené au démantèlement, 13.700 euros ont été saisis dans cinq appartements ainsi que 17,5 kg de résine de cannabis, un kilo d’herbe, 6.000 cachets d’ecstasy, 770 g de cocaïne et un pistolet à grenailles, selon LCI. Au total, 10 individus ont également été écroués. Les saisies effectuées depuis mai dernier s’élèvent à 30.000 euros, selon Le Progrès. Depuis lors, les policiers multiplient les patrouilles dans le quartier pour éviter que le point de deal ne soit récupéré par d’autres trafiquants.