13 novembre 2017

Melting Pop
Maxime Chattam : “Le thriller est un prétexte pour évoquer des choses graves et disséquer la société”

Dans ce nouveau roman, “L’appel du néant”, l’intrigue se noue autour d’un tueur en série et du terrorisme. Maxime Chattam évoque ce livre dans Melting Pop.

INTERVIEW

L’un des maîtres du thriller français revient avec un nouveau roman, L’appel du néant. Un livre pour lequel Maxime Chattam a de nouveau collaboré, pour la troisième fois, avec la section de recherche de la gendarmerie nationale. Une manière, pour lui, d’être le plus crédible possible dans ses intrigues. Ce nouveau livre s’ouvre sur un cadavre laissé sur une voix ferrée. Très vite, la section de recherche de la gendarmerie, emmenée par Ludivine Vancker, déjà croisée dans deux anciens romans de l’auteur, s’oriente vers un tueur en série.

“J’aime fonder mon histoire sur des dizaines d’éléments plausibles”, raconte Maxime Chattam dans Melting Pop, sur Europe 1. L’écrivain explique cette association entre fiction et réalité, par une volonté de crédibilité. “Je vais vous raconter une histoire parfois tordue, parfois effrayante, mais je vais tellement l’asseoir sur des lieux, des procédures, des éléments techniques, que vous allez avoir le sentiment qu’elle est réaliste”, détaille le romancier.

“Nous sommes des observateurs de la société”. Et parfois, d’ailleurs, l’imaginaire du romancier devance la réalité. Avant les attentats de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Cacher, Maxime Chattam avait débuté un manuscrit autour du terrorisme islamique. “Faire du divertissement avec un sujet aussi difficile, ce n’est pas quelque chose d’évident au quotidien. Ce que j’ai commencé à écrire dans un premier temps était très proche de ce qu’il s’est passé en janvier 2015”, confie l’écrivain. Dans les centaines de pages qu’il avait déjà écrites, le romancier avait ainsi imaginé deux prises d’otages simultanées à Paris. Une idée abandonnée dès que les événements de janvier 2015 se sont produits.

Finalement, quelques semaines plus tard, une autre idée lui vient en tête. Cette fois-ci, Maxime Chattam imagine un roman qui raconte l’attaque de Paris-Bercy, lors d’un concert d’une star pour adolescent. Quelques semaines plus tard, le 13 novembre 2015, un commando terroriste pénètre dans le Bataclan et tue plus de 80 personnes. “À ce moment-là, j’ai pensé que le roman sur le terrorisme et moi, c’était terminé”, indique le romancier. Finalement, l’écrivain a su trouver une autre inspiration, une autre histoire, pour donc un nouveau livre : L’appel du néant.

Maxime Chattam explique que ces coïncidences viennent de la nature même du travail de romancier. “Nous sommes des observateurs de la société. Le thriller est un prétexte pour parler de quelque chose de grave et disséquer la société”, raconte-t-il. Et parfois, à force de vouloir être le plus proche possible de la réalité, on finit par la toucher.