31 janvier 2018

TEMOIGNAGE EUROPE 1
Meurtre d’Alexia Daval : “Étrangler sa femme, pour moi ce n’est pas un accident”, réagit sa tante

Alors que Jonathann Daval a avoué mardi avoir tué sa femme, la tante de cette dernière a le sentiment de s’être fait “berner”. 

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Elle se dit “bernée, trompée”. La tante d’Alexia Daval, tuée par son mari Jonathann Daval il y a trois mois en Haute-Saône, a fait part de sa sidération, mercredi, sur Europe 1. “On a l’impression que ça va être lui à plaindre, lui le souffre-douleur, et puis ma nièce qui sera vraiment la méchante”, déplore sa tante en assurant qu’”on inverse les rôles”. Alexia “n’était pas du tout comme ça, ce n’était pas une personne méchante. Elle avait tout le temps le sourire, une gentillesse, prête à rendre service.”

“Pour moi ce n’est pas un accident”. Jonathann Daval, qui a avoué mardi avoir tué sa femme, a été mis en examen. Ses avocats ont fait savoir qu’il l’avait “étranglée”, assurant qu’il n’était “pas dans une logique criminelle” au moment des faits, parlant même d’un “accident”. Des termes réfutés par la tante de la victime : “Étrangler sa femme, pour moi ce n’est pas un accident, on ne peut pas dire ça comme ça. Et après la rhabiller en jogging… Psychologiquement, il y a un problème.”

“On ne dort pas, on se fait des films”. “On s’est tellement fait berner, tellement tromper… On ne sait plus si c’est une stratégie. On se croirait dans un film”, confie-t-elle encore. Cette parente d’Alexia Daval va jusqu’à faire part, en pleurs, de ses remords : “On ne dort pas, on se fait des films. On se dit ‘pourquoi on n’a pas pu essayer de la sauver’ (…) On s’en veut quelque part d’avoir laissé une jeune fille se faire assassiner.” Et la tante d’Alexia d’en conclure : “On se dit qu’on ne connaissait pas la personne avec qui (Alexia) était. Aujourd’hui, elle n’est plus là. Aujourd’hui, il y a de la haine.”