7 juin 2018

Europe Matin
Migrants à Calais : la Croix-Rouge française porte plainte contre Yann Moix pour diffamation

Le directeur général de la Croix-Rouge française a décidé de porter plainte contre Yann Moix après qu’il a accusé l’association de tout faire pour que les jeunes migrants de Calais “ne soient pas considérés comme mineurs”.

INTERVIEW

“Les propos de Yann Moix vont faire l’objet d’un dépôt de plainte aujourd’hui même pour diffamation de la Croix-Rouge française”. Invité d’Europe Matin jeudi, Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge française, a réagi aux propos de Yann Moix, également sur Europe 1. L’auteur, qui publie Dehors, un livre dans lequel il fustige la politique migratoire du gouvernement, avait lancé une charge contre l’ONG, estimant que le plus grave dans le traitement des migrants mineurs à Calais “était l’évaluation de minorité pratiquée par des institutionnels, dont la Croix-Rouge, qui essayent de tout faire pour qu’un jeune ne soit pas considéré comme majeur”

“Des entretiens réglementés”. “La Croix-Rouge ne pratique pas de tests osseux, n’en n’a jamais pratiqué et n’en pratiquera jamais”, a fermement rappelé Jean-Christophe Combe au micro d’Europe 1. “On évalue la minorité par des entretiens qui sont réglementés, qui ont été construits à l’aide d’experts juridiques, pédiatriques, avec des médecins et en tenant compte de l’avis du Défenseur des Droits”, a-t-il ajouté. “C’est une insulte aux milliers de bénévoles et de salariés qui tous les jours se battent au quotidien pour accompagner les personnes en situation de précarité sans discrimination”. 

Jean-Christophe Combe déplore au passage que ce type de propos, “excessif, outrageant, dessert la cause des personnes qu’on pense aider”. 

A Calais, Moix découvre “un ailleurs total”. Yann Moix avait tenu ces propos la veille, mercredi, sur Europe 1 également. L’auteur et chroniqueur, qui pour écrire son livre s’est rendu à Calais, a lancé une longue charge contre la politique migratoire du gouvernement et sur le traitement des migrants, sur place. “Ce que j’écris est à peine suffisant pour dire l’iniquité et la cruauté de ce que l’on voit à Calais (…) J’ai découvert un ailleurs total : un pays qui n’est situé ni en France, ni en Érythrée, ni en Afghanistan, mais ailleurs”, a-t-il notamment expliqué au micro de Patrick Cohen dans la Matinale.

“La France est tout à fait capable d’intégrer ces jeunes”. Il y avait notamment déclaré que la Croix-Rouge se servait “d’un test osseux qui date des années 1930 pour déterminer leur âge [des migrants, ndlr] dont la marge d’erreur est de deux ans. Et une fois qu’on a déterminé qu’ils sont majeurs, on leur donne une lettre écrite dans un français byzantin, pour leur expliquer qu’ils ont des droits, c’est absolument cynique”, s’est-il emporté avant de conclure : “Nous sommes dans une situation absurde où nous faisons le travail de garde-barrière pour l’Angleterre, mais la France est tout à fait capable d’intégrer ces jeunes”.