1er mars 2018

Europe Midi
Négociations commerciales : Le Maire promet “des sanctions” si la charte n’est pas respectée

Le ministre de l’Economie a brandi sur Europe 1 la menace de poursuites judiciaires contre les distributeurs qui ne représenteraient pas les engagements pris lors des états généraux de l’alimentation.

INTERVIEW

Les discussions tournent au vinaigre. Les négociations commerciales annuelles entre les industriels et la grande distribution, pour fixer les tarifs des produits alimentaires, doivent s’achever jeudi. Mais la situation s’annonce particulièrement tendue dans la mesure où certains distributeurs refusent de se conformer à la charte signée le 14 novembre, à l’issue des états généraux de l’alimentation, et visant à fixer un prix plus juste à l’égard des agriculteurs sur certains produits. “La charte doit être respectée, c’est aussi simple que cela. Si ça n’est pas le cas, il y aura des sanctions. Personne, en France, ne peut contourner les règles”, avertit jeudi au micro d’Europe 1 Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie. “Aucun distributeur, aussi important soit-il, ne peut contourner les règles”, a-t-il martelé.

Protéger les plus faibles. “La charte n’est pas un bout de papier, ce sont des engagements pris. Ils doivent être respectés”, assure le locataire de Bercy, en marge de sa visite au Salon de l’agriculture. “Le rôle de l’Etat c’est d’être là pour servir d’arbitre entre des distributeurs très puissant et des producteurs qui n’ont pas d’autre solution que de céder. Nous sommes là pour protéger les plus fragiles et nous sommes déterminés à ce que les plus puissants respectent les règles en France”, a-t-il encore déclaré alors même que le gouvernement envisage d’utiliser le recours aux ordonnances pour faire passer sa loi alimentation qui prévoit notamment de rehausser le seuil de vente à perte.

Plus de 250 enquêtes sur des distributeurs. Alors que des perquisitions ont été menées mardi et mercredi au siège d’E.Leclerc, à Ivry-sur-Seine, par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, Bruno Le Maire annonce que d’autres enquêtes sont menées par l’administration sur certaines enseignes, et que leurs conclusions seront transmises à la justice.

“Nous avons vu que certains distributeurs essayaient de contourner les règles, faisaient pression sur les producteurs de manière exagérée et non conforme aux engagements pris. J’ai demandé à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de faire toutes les enquêtes nécessaires. Ils ont fait plus de 250 enquêtes depuis janvier et ont vu que certaines règles n’étaient pas respectées”, révèle-t-il. “Ils ont fait les procès-verbaux […] qui seront transmis à la justice. La justice tranchera”, conclut le ministre.