4 octobre 2017

Le coup de patte de Nadia Daam
Octobre rose : une aubaine marketing pour certaines entreprises

Chaque jour, Nadia Daam vous présente son coup de patte personnel.

Pour la 24e année consécutive, le monde entier va se mobiliser contre le cancer du sein, encourager le dépistage et aussi tenter de recueillir des fonds pour la recherche qui en a plus besoin que jamais.

On peut rappeler que le cancer du sein touche 54.000 femmes en France chaque année. D’où ce mois de sensibilisation qui s’appelle “octobre rose”. Octobre, parce que ça se passe en octobre et “rose” parce c’est devenu un vaste mélange entre les Soldes privées chez Sephora et une boite de chocolats Mon chéri à la liqueur. On est passé, par on ne sait quelle magie de “recherche contre le cancer” à “une Saint-Valentin qui durerait un mois”.

La faute à ce qu’on appelle le “pinkwashing”. Soit le fait pour les marques de s’acheter une image de mécène à peu de frais. Aussi cynique que cela puisse paraître, le cancer du sein est devenue une aubaine marketing, Du coup pendant un mois, on a l’impression d’être coincée dans une pub pour des collants.

Le fleuriste au nom de la Rose s’engage à reverser un euro pour un bouquet acheté (à 39euros, le premier prix, on peut appeler ça de la philanthropie en freelance).

La marque GHD nous apprend Grazia a créé des sèche-cheveux et des lisseurs roses pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. Vous ne voyez pas le rapport entre le cancer et un brushing ? Nous non plus.

Plus surprenant encore, le club de foot de l’Olympique de Marseille lance une campagne sur les réseaux sociaux et appelle les internautes à tweeter le hashtag #Contredelapoitrine, pour “mettre le cancer hors-jeu”.

Sans parler de la ville de Nîmes qui a installé une paire de seins géante et gonflable de 300m2 dans laquelle les visiteurs pourront se promener. On attend de voir ce qu’ils vont faire pour la journée mondiale de lutte contre la prostate, peut-être une pinata géante en forme d’urètre, qui sait.

Mais les meilleures en termes de grosse récup’, ce sont bien les blogueuses mode et beauté qui surfent sur la vague en présentant des totals look roses qui mettent en valeur la poitrine ou des maquillages dans les tons pink, pêche, corail et grenat.

Ça donne, entre guillemets, envie de pleurer. Pour les mammographies, on ne sait pas, mais y a des touchers rectaux qui se perdent.