La France bouge- 12h-14h-Raphaëlle Duchemin
Orelsan sur sa marque de vêtements : “On s’est lancé sans aucun business plan, pour le plaisir”

Le rappeur Orelsan a lancé sa marque de vêtements, Avnier, en 2014. Il a raconté la genèse de cette aventure, vendredi au salon du “Made in France”, dont Europe 1 est partenaire.
INTERVIEW

Orelsan n’est pas qu’un rappeur à succès. L’artiste originaire de Caen a également co-fondé en 2014 une marque de vêtements, Avnier (contraction de avant-dernier). Avec son associé et ami suisse Sebastian Strappazzon, il s’est lancé dans cette aventure sans rien connaître au monde de la mode, comme il nous l’a confié vendredi au salon du “Made in France”, dont Europe 1 est partenaire.   

“Sebastian avait une marque de vêtements, il me sponsorisait. A un moment je me suis rendu compte que je ne portais que des vêtements de sa marque, il m’a donc proposé de faire une collaboration avec lui pour un t-shirt. Il m’a ensuite dit qu’il rêvait de fonder une marque, alors on s’est lancé sans aucun business plan, sans aucun projet, pour le plaisir”, a raconté Orelsan.

“C’était super important de faire attention aux conditions de travail des employés”

Le rappeur a dû apprendre su le tas, notamment pour trouver des usines au Portugal. “Je viens du monde de la musique, on ne connaissait aucune usine, on a même payé pour avoir les adresses des premières usines (au Portugal)”, se souvient Orelsan, qui a absolument voulu fabriquer ses vêtements en Europe.

“Sebastian faisait fabriquer en dehors de l’Europe, mais pour moi c’était super important de faire attention aux conditions de travail des employés, de savoir d’où viennent les produits. C’était important de faire ça dans des circuits courts et dans des usines qui respectent certaines normes”, assure-t-il.  

“Comme je parle doucement, on croit que je suis super fainéant”

Entre sa carrière de rappeur et d’entrepreneur, Orelsan a un agenda bien rempli. “Comme je parle doucement, on croit que je suis super fainéant”, a-t-il ironisé, en référence à sa manière si caractéristique de s’exprimer. “Mais tout est lié, quand je fais un film, je dois choisir les vêtements des personnages. On n’habille pas pareil un adolescent de 15 ans qui écoute du rap ou une maman de 38 ans. Quand on crée un clip, il faut aussi choisir des vêtements. Même si en France on n’a pas l’habitude de voir des gens ‘multifonctions’, c’est lié”, a soutenu le rappeur.  

Orelsan a également expliqué son rôle au sein de sa marque. “Avec Sebastian (le co-fondateur), on s’appelle pendant une heure, je lui dis : ‘je ferai bien un sweat avec un grand zip, comme ça on peut l’ouvrir quand on veut.’ Et ensuite, Sebastian concrétise l’idée”. Orelsan s’est récemment associé à la marque Saint-James, l’un des symboles de la mode “made in France”, qui produit ses vêtements en Normandie.