28 Août 2017

7h50 - Noël s'en mêle 
“Patrick est arrivé rue François 1er sur une chaise à porteur dorée à l’or fin”

Patrick Cohen : Noel s’emmêle ! Chaque matin Matthieu vous nous livrerez votre vision de l’actu, mais je vous pratique depuis assez longtemps maintenant pour savoir que ce matin, l’actu… ça va être moi ?!

Oh… Dans mes bras Einstein ! Oui mon Patounet, en cette matinale inaugurale, comment éluder le séisme éditorial et surtout financier (on va pas se mentir) que constitue votre transfert rue François 1er… Première question qui intrigue les observateurs : de même qu’il ne viendrait pas l’idée à un joueur de Real Madrid de signer à Sochaux, pourquoi diable quitter une radio qui est devenu Numéro 1 devant RTL et qui monte encore pour rejoindre une radio qui descend toujours et où on risque bien de terminer numéro 14 derrière Chant de France ? La réponse – ma foi – est simple : 

– Patrick : “250 millions d’euros !”

Et encore… Hors ticket restaurants ! Une belle opération pour celui qu’on surnomme dans le showbiz “le Neymar joufflu”, le “MBappé blanc” ! Oui, celui qui avait quitté Europe 1 en 2010 d’aucuns diront “la queue entre les jambes” à l’époque modeste joker de Marc Olivier Fogiel, dans l’échelle de notoriété des journalistes il était encore au coude à coude avec Jacky Gallois et José Coves, personne donc ou presque ne le connaissait hein, Vincent Hervouet vous qui connaissez tout vous connaissiez Patrick Cohen en 2010 ? Soyez honnête !

Vincent : “PAS du tout !”

Bien sûr ! Patrick Cohen revient donc 7 ans plus tard, auréolé d’un immense succès. Pour qui connait un peu l’olibrius Cohen – individu ataviquement imperméable au concept de modestie – le risque était grand d’un retour triomphal, revanchard, voire clinquant, heureusement, Patrick a su éviter cet écueil : c’est en effet sans faste et sans chichi ce matin – presque en catimini – que Patrick est arrivé rue François 1er sur une chaise à porteur dorée à l’or fin soutenue d’un côté par Laurent Cabrol de l’autre par Julie dont on sentait qu’elle peinait à maintenir l’équilibre, maudissant le régime alimentaire de Patrick qu’elle devinait moins porté sur le quinoa que sur le pâté en croûte.

Julie : ‘putain de bordel de merde’

Allons, allons, un peu de respect pour votre nouveau patron Julie !! Devant l’entrée, formant une haie d’honneur, tous les membres de la rédaction d’Europe 1 étaient là, genou à terre, main sur le cœur. On s’apprêtait à lancer des pétales de roses dans une douce allégresse quand soudain surgit le nouveau patron : Frédéric Shlessinger !

Schlessinger, contraction effrayante de “Schiller” et de de Swarzeneger… Vu sa poigne de fer, une chose est sûre : en terme de management, on ne s’oriente clairement pas vers de la co-gestion ! “Shlesseneger” préférant visiblement le pragmatisme à la poésie. Voilà, moi qui suis dans cette maison depuis longtemps, je crois que cette fois c’est la bonne ! Evidemment, pour ceux qui viennent du service public, il va y avoir un temps d’adaptation. On est assez épargné ce matin mais dans quelques jours la pub va faire son grand retour ! Vous découvrirez chère Hélène Jouan ce que c’est que de tenir un beau papier sur la Syrie et de ne pas pouvoir aller au bout parce que la régie vous fait signe qu’il faut lancer le spot “Cochonou” 

“Alors que dans les rues d’Alep dévasté, le spectre de l’Etat islamique plane encore, la vie reprend peu à peu et sur ses ruines, arabes, kurdes et alaouites devront se poser la question suivante “…// PUB Cochonou //

Je vous dis à demain. Julie je vous laisse le dernier mot. Une analyse ? Un conseil ? Une fulgurance ?

Julie : “qui veut une Audi, va chez Audi !”