02 octobre 2018

8h15 - L'interview politique d'Audrey Crespo-Mara
Pénurie de médicaments : “Un problème international à régler avec l’industrie pharmaceutique”, selon Agnès Buzyn

Depuis quelques années, les pharmacies et les patients sont de plus en plus touchés par des pénuries de médicaments. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a réagi sur Europe 1 à ce phénomène inquiétant.

INTERVIEW

Antibiotiques, vaccins pour les enfants, anticancéreux, traitements neurologiques… Plusieurs médicaments sont actuellement en rupture de stock en France, ce qui inquiète les professionnels de santé et les patients. Au micro d’Audrey Crespo-Mara mardi matin, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a tenu à rassurer.

“Les leviers d’intervention sont très nombreux”. “Ça n’est pas du tout un problème français mais un problème mondial. Tous les pays souffrent de cela”, a-t-elle d’abord expliqué. “Ça peut concerner des médicaments qui sont difficiles à fabriquer, comme les vaccins. Il faut 18 mois pour produire un vaccin, donc quand il y a un problème dans une usine de fabrication, il y a rupture de stock. Ça peut aussi concerner des médicaments anciens que l’industrie pharmaceutique n’a plus beaucoup d’intérêt à produire. Ou encore des difficultés dans une usine, avec un incendie par exemple”, a illustré la ministre sur Europe 1.

“Les causes sont différentes, donc les leviers d’intervention sont très nombreux”, a-t-elle encore indiqué.

Des chiffres inquiétants. En 2017 en France, plus de 500 médicaments essentiels ont été signalés en tension ou rupture d’approvisionnement, soit 30% de plus qu’en 2016 et dix fois plus qu’il y a dix ans. Interrogée par Europe 1, l’Agence du médicament a confirmé d’ailleurs que les ruptures de stock vont persister cette année. Mardi matin, une mission d’information du Sénat va rendre ses conclusions pour lutter contre ce problème majeur qui peut mettre en danger de nombreux patients.