14 août 2018

Europe Matin
Philippe Laurent : “Personne n’avait dit aux maires que les dotations baisseraient de manière aussi importante”

Pour le secrétaire général de l’Association des maires de France, interrogé mardi sur Europe 1, les élus locaux “se rendent compte que malgré leur bonne volonté, ils ne peuvent pas respecter leurs engagements”.

INTERVIEW

Plus de 1.000 démissions de maires depuis 2014, un chiffre en hausse de 55%. Les édiles des petites communes de France sont de plus en plus nombreux à stopper leur mandat qui court pourtant jusqu’en 2020. Sur Europe 1, Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux et secrétaire général de l’Association des maires de France (AMF) alerte sur “la lassitude qui s’empare des élus locaux”.

Baisse des moyens. “Les interventions des maires traduisent de plus en plus cette lassitude. Il y a des raisons qui existent depuis quelques années : l’exigence accrue des concitoyens, la complexité de plus en plus grande sur le plan juridique ou la responsabilité pénale”, énumère l’élu. “Mais il y a surtout des raisons plus récentes qui tiennent à la baisse des moyens, d’abord à la baisse des dotations effectuée pendant le quinquennat précédent et, aujourd’hui, la suppression de la taxe d’habitation qui est annoncée”, explique Philippe Laurent.

“La taxe d’habitation représente parfois un quart ou un tiers des recettes des communes et on ne sait pas très bien comment cela va être compensé”, poursuit-il en rappelant que “cette année, en 2018, la moitié des communes de France ont vu leur dotation baisser”.

Des intercommunalités trop grandes. En parallèle des baisses de moyens, les maires pointent aussi du doigt le rôle des intercommunalités. “Il y a également l’effet d’une loi votée et mise en place il y a deux ans qui réorganise les intercommunalités. Elles ont été agrandies, et la définition de leur périmètre a été placée sous la tutelle du préfet. C’est une loi qui a été très disputée, mais dont nous n’avons pas obtenu qu’elle soit assez souple pour conserver cette idée de volontariat dans l’intercommunalité”, regrette le secrétaire général de l’Association des maires de France.

“Les communes n’ont pas vraiment le choix de choisir l’intercommunalité dans laquelle elles sont. Les communes ont été très éloignées des lieux de décision”, indique-t-il. “Quand le centre de l’intercommunalité est à 30 kilomètres de votre commune et qu’il faut faire 30 kilomètres à l’aller et 30 kilomètres au retour pour obtenir la moindre décision, on comprend que ce soit un élément de ras-le-bol”, déplore le secrétaire général de l’AMF.

“Personne ne leur avait dit que les dotations baisseraient de manière aussi importante”. Pour le responsable de l’AMF, “les maires qui ont été élus en 2014 n’avait pas ça en tête. Personne ne leur avait dit que les dotations baisseraient de manière aussi importante. Aujourd’hui, ils se rendent compte que malgré leur bonne volonté et l’engagement de leurs équipes, ils ne peuvent pas respecter leurs engagements et on comprend qu’ils ne puissent pas compléter leur mission et leur mandat”, conclut Philippe Laurent.