30 mai 2017

8h15 - L'invité de Fabien Namias
Philippot : “Si le FN devient l’inverse de ce qu’il est, je n’ai aucune raison de rester”

Alors que l’idée d’une sortie de l’Euro continue de faire débat au sein de parti de Marine Le Pen, Florian Philippot n’imagine pas que le FN puisse renoncer à cette mesure.

INTERVIEW

C’est une proposition qui fait fortement débat au sein du Front national depuis la campagne présidentielle : la sortie de l’Euro, décriée par de nombreux économistes. “On n’est pas en passe de renoncer à cette position”, a pourtant affirmé au micro d’Europe 1 l’un de ses plus fervents défenseurs, Florian Philippot, vice-président du parti. Lundi, Marine Le Pen n’a pourtant pas exclu un départ de son bras-droit sur cette question.

Une France souveraine. “Je n’imagine pas une seule seconde que mon mouvement devienne un mouvement fédéraliste, européiste […] ça n’aurait aucun sens. On est pour les nations libres, pour une France qui coopère avec le monde entier mais librement, souverainement”, développe Florian Philippot, avant de lancer un avertissement : “Si mon mouvement devient l’inverse de ce qu’il est, je n’ai aucune raison de rester”

Une “protection face à la mondialisation”. “On peut débattre de la manière d’être le plus efficace et de rassurer les gens”, concède-t-il a propos des discussions motivées par la sortie de l’Euro au sein du FN. “Il n’y a pas à avoir peur d’une monnaie nationale, comme il n’y a pas à avoir peur de la liberté, de la souveraineté nationale. Au contraire, ce sont des protections face à la mondialisation”, veut-il faire valoir.