02 janvier 2018

Europe 1 Bonjour
Policiers lynchés : “Que la peur soit maintenant chez ces jeunes voyous”

Le porte-parole du syndicat policier Alliance appelle le gouvernement à durcir la réponse pénale face aux agresseurs, après le passage à tabac de deux policiers à Champigny-sur-Marne la nuit du réveillon.

INTERVIEW

“Les forces de l’ordre étaient des cibles pour les terroristes, ils le sont maintenant pour de jeunes voyous, qui n’hésitent pas à attaquer ceux qui viennent assurer la sécurité des citoyens”. Au lendemain de l’agression violente de deux policiers à Champigny-sur-Marne, la nuit du Nouvel an, Stanislas Gaudon, porte-parole du syndicat Alliance-Police nationale, invité d’Europe 1, ne peut réprimer sa colère.

Une agression violente et collective. Dimanche, deux policiers ont été tabassés alors qu’ils intervenaient pour évincer un groupe de plusieurs dizaines de personnes qui tentaient de pénétrer dans une soirée privée. “Deux policiers, un capitaine et un gardien de la paix, se sont retrouvés isolés lors d’une intervention sur une soirée privée qui a dégénéré”, a indiqué une source proche du dossier. “Les deux policiers sont pris à partie par le groupe, qui fracture le nez d’un des policiers et qui assène des coups violents à la policière, qui souffre de commotions au visage”. Ils se sont vus prescrire dix et sept jours d’Incapacité totale de travail (ITT). Mais pour Stanislas Gaudon, invité d’Europe 1 Bonjour mardi, il ne faut pas oublier “les conséquences psychologiques” d’une telle agression. D’autant que celle-ci a été filmée et diffusée à grande échelle sur les réseaux sociaux.

Combattre le “sentiment d’impunité”. “Cette vidéo est scandaleuse. On a assisté à un lynchage en direct, avec des scènes de liesse, avec des des jeunes qui disaient ‘Allumez le feu’ lorsqu’ils ont retourné ce véhicule. Ça nous a rappelé un triste anniversaire : Viry-Châtillon”, déplore le policier. Pour Stanislas Gaudon, les scènes de violence à l’encontre de forces de l’ordre se multiplient dangereusement. “On en arrive à une situation où l’agression verbale se soustrait maintenant à l’agression physique, délibérée. (…) Le sentiment d’impunité a fait que la peur a changé de camp. Il faut inverser le phénomène, que la peur soit maintenant chez ces jeunes voyous”, martèle-t-il.

Des réponses pénales. Pour “éradiquer ce sentiment d’impunité”, le syndicat Alliance réclame le retour des peines planchers pour les personnes reconnues coupables d’agression sur des forces de l’ordre. “Il faut qu’il y ait des peines exemplaires. Nous, syndicat Alliance, nous en appelons à la justice”, déclare Stanislas Gaudon. Dans un tweet publié lundi, Emmanuel Macron a assuré que “les coupables du lynchage lâche et criminel des policiers faisant leur devoir une nuit de 31 décembre seront retrouvés et punis”. “Les policiers aiment être soutenus, mais maintenant ils veulent que l’on passe de la parole aux actes. La police fait son travail, quelle est la réponse pénale qui est prononcée ensuite ?”, interroge le policier.

Le porte-parole du syndicat Alliance demande ainsi au ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, qui sera l’invité de la matinale d’Europe 1 mardi, de “peser de tout son poids pour que les enquêtes aboutissent.”