8 février 2018

Europe Matin
Pour “Belle et Sébastien”, Cornillac voulait un méchant qui soit “une figure du mal”