3 juin 2019

7h45- L'interview de Nikos Aliagas
Pour Jean-François Copé, la démission de Laurent Wauquiez était “inévitable”

Laurent Wauquiez a démissionné de son poste de président des Républicains, dimanche. Lundi sur Europe 1, Jean-François Copé a estimé que la situation était devenue “intenable” pour le président de LR, depuis la débâcle des élections européennes.
 
INTERVIEW

“C’était une démission inévitable.” Jean-François Copé a estimé lundi matin que Laurent Wauquiez n’avait d’autre choix que de quitter la présidence de LR après l’échec que le parti a connu lors des élections européennes (8,48%), une semaine plus tôt. “On était arrivé à un point de blocage total”, a jugé l’ancien président de l’UMP au micro de Nikos Aliagas sur Europe 1.

Depuis le scrutin européen, “on voyait chaque jour la désagrégation” du parti, a-t-il expliqué, en faisant référence à “la constitution d’un groupe de travail autour de Gérard Larcher, des jeunes députés d’autre part, des menaces de groupes parlementaires séparés” et “la gronde des élus locaux qui s’inquiètent, à juste raison, pour les municipales”. “Tout cela rendait la situation intenable.”

“Des erreurs ont été commises”

Selon lui, “il y a beaucoup de choses qui ont joué” pour en arriver à cet échec et qu’il y a “des erreurs qui ont été commises”. Parmi ces erreurs, il y a “une un peu fondatrice” : “Le fait que Laurent Wauquiez, au deuxième tour de la présidentielle en 2017, ait refusé de choisir entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.” Personne n’est “totalement fan de tout ce que fait Emmanuel Macron” à droite, mais Jean-François Copé rappelle la “tradition” de sa famille politique, à savoir “une étanchéité totale par rapport à l’extrême droite française”.