13 février 2019

8h15 - L'interview politique d'Audrey Crespo-Mara
Pour Jean-Pierre Chevènement, “l’antisémitisme est un bon baromètre de la société”

Réagissant à la montée des actes antisémites en France depuis plusieurs jours, l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement a alerté sur le “glissement” de la société “vers l’extrême-droite”.
 
INTERVIEW

Le portrait de Simone Veil barré d’une croix gamméeles arbres plantés en hommage à Ilan Halimi sciésle tag “Juden” inscrit sur une vitrine d’un commerce Bagelstein… Depuis plusieurs jours, la France est confrontée à une vague d’actes antisémites qui suscitent tout autant l’émoi que l’indignation.

Des signes “très inquiétants”. Au micro d’Audrey Crespo-Mara, mercredi matin sur Europe 1, Jean-Pierre Chevènement s’est lui aussi ému de ce terrible constat. “Ces signes sont très inquiétants. L’antisémitisme est un bon baromètre de la société, ça indique qu’il y a un glissement vers l’extrême-droite”, alerte-t-il. 

Lundi, le ministre de l’Intérieur a indiqué que les actes antisémites ont bondi de 74% entre 2017 et 2018, passant de 311 en 2017 à 541 l’an passé.

Une situation semblable à celle précédant 1914. En novembre 2018, dans un entretien accordé à Ouest-France, Emmanuel Macron se disait “frappé” par la ressemblance entre la situation des années 1930 en Europe et celle que nous vivons aujourd’hui. Jean-Pierre Chevènement, lui, associe ce que nous vivons actuellement à une autre période historique. “Je ne comparerai pas la situation actuelle à celle des années 30, je la comparerais plutôt à celle qui a précédé la Première Guerre mondiale. Il y avait deux puissances dominantes : l’empire britannique et l’empire allemand. Aujourd’hui, nous avons une opposition fondamentale entre les Etats-Unis et la Chine qui structure le siècle à venir. L’Europe se rétrécie à vue d’œil, toutes les nations européennes sont en crise”, observe-t-il.

Une situation qu’il lie aux “choix erronés” effectués par ces mêmes nations au cours des années 1980, notamment en se lançant “sans précaution” dans la “mondialisation”.