30 août 2017

L'invité de Philippe Vandel dans Village Médias
Pujadas sur la nomination de Roger-Petit à l’Elysée : “Je ne vois rien de choquant dans cette histoire”

L’ancien présentateur du 20h de France 2, aujourd’hui sur LCI, a réagi mercredi à la nomination du journaliste Bruno Roger-Petit comme porte-parole de l’Elysée : “un journaliste qui rejoint un politique, ça se passe dans tous les pays d’Europe.”

INTERVIEW

“On peut critiquer les journalistes pour ce qu’ils font, s’ils sont insuffisants, s’ils sont connivents, s’ils sont médiocres… Mais l’idée que l’on ne puisse pas changer de métier, avoir une deuxième vie.. jusqu’où va-t-on aller dans la société de défiance ?” Mercredi, sur Europe 1, David Pujadas, ancien présentateur du 20h de France 2, aujourd’hui à la tête d’une émission d’information sur LCI, a tenu a réagir à la nomination du journaliste Bruno Roger-Petit au poste de porte-parole de l’Elysée. “Je ne vois rien de choquant dans cette histoire. Un journaliste qui rejoint un politique, ça se passe dans tous les pays d’Europe.”

“C’est un aller sans retour”. “La vraie connivence, elle est un problème. Encore une fois que l’on change de métier ce n’en est pas un. Mais si l’on décide de faire ça, c’est un aller sans retour. On ne revient plus après dans le journalisme”, assure l’ancien présentateur du 20H.

“Il y a une part de comédie dans tout ça”. Par ailleurs, le journaliste confie ne pas être choqué non plus par les propos tenus par Bruno-Roger Petit il y a plusieurs années à son sujet. Sur son blog, l’actuel porte-parole de l’Elysée avait à plusieurs reprises critiqué le travail journalistique de David Pujadas. “Il avait quelques cibles comme ça. C’était sa marque de fabrique, ça fait du clic. Il y a une part de comédie dans tout ça. C’est un registre où on se fait le pitbull du Paf”, souligne-t-il. “Vous savez il y a une grande schizophrénie dans ce métier. Mais je vais le croiser demain et vous verrez que ça sera très urbain”.