5 mars 2018

8h15- L'invité de Patrick Cohen
Réforme de la SNCF : “On ne gère pas un Etat comme une entreprise du CAC 40”, avertit  Benoît Hamon

Pour le fondateur de Génération.s, les réformes d’Emmanuel Macron privilégient le profit et restent indifférentes “aux inégalités sociales et entre les territoires”.

INTERVIEW

Résorber une dette de plus en plus encombrante, voilà l’un des principaux arguments du gouvernement pour justifier sa réforme de la SNCF. Un discours qui ne convainc ni les syndicats, qui agitent la menace d’un vaste mouvement de grève, ni Benoît Hamon. Pour le fondateur de Génération.s, invité lundi de la matinale d’Europe 1, l’exécutif cherche à favoriser le profit au détriment des missions attendues de la part d’un service public. “Une politique ambitieuse en matière de chemin de fer, c’est une politique qui accepte le principe selon lequel le service public n’a pas à être excédentaire, profitable, bénéfique partout”, a -t-il estimé. “On ne gère pas un Etat comme on gère une entreprise du CAC 40, pour une raison assez simple : il y a des missions qui incombent à l’Etat qui sont d’assurer l’égalité entre les citoyens”, avertit l’ancien candidat du Parti socialiste à la présidentielle.

Une logique marchande. Dans un contexte d’ouverture prochaine du rail français à la concurrence, “on demande à la SNCF d’être rentable, notamment sur les lignes où la compétition sera la plus féroce, et surtout de ne pas alourdir ses résultats en exploitant des lignes non-rentables”, rappelle l’ancien ministre délégué à l’Economie sociale et solidaire. “Or, nous avons besoin d’une politique d’aménagement du territoire qui garantissent à tous les citoyens les mêmes droits, et notamment le droit à la mobilité.” Pour Benoît Hamon, “le service public ne peut pas répondre dans son exploitation à une logique exclusivement marchande”.

Un pouvoir “indifférent” aux inégalités. Pour ce conseiller régional d’Île-de-France, les multiples réformes menées par Emmanuel Macron ont pour “point commun une vraie indifférence aux inégalités sociales et aux inégalités entre les territoires”. “Il y aujourd’hui un Etat très centralisé avec un président qui concentre beaucoup de pouvoirs et qui s’attaque à ce qu’il considère être des sanctuaires de la gauche qui résistaient jusqu’ici à la reforme, je pense à la SNCF”, avance-t-il, toujours au micro d’Europe 1. Et l’élu de prendre la défense du statut des cheminots dont le gouvernement a annoncé la suppression à l’embauche : “Il est assez fascinant de voir aujourd’hui que l’on fait du cheminot un privilégié parce qu’il est dénoncé par des énarques et par la totalité du CAC 40. Il serait bien de remettre les choses à leur place”.

“Je vais descendre dans la rue”. Alors que la CGT annonce une “manifestation nationale” le 22 mars pour protester contre la réforme, Benoît Hamon annonce qu’il va “descendre dans la rue pour défendre l’égalité devant le service public”, sans préciser toutefois s’il se joindra au cortège des syndicalistes.