05 septembre 2018

8h15 - Interview politique
Remplacement de Nicolas Hulot : “François de Rugy a une vraie expérience politique”, salue Valérie Pécresse

Au micro d’Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, la présidente LR de la région Île-de-France a estimé que le successeur de Nicolas Hulot à la Transition écologique était certainement mieux préparé que ce dernier à affronter les affres du pouvoir.

INTERVIEW

Le départ surprise de Nicolas Hulot et de Laura Flessel prive le gouvernement de ses deux ministres les plus populaires, alors même qu’Emmanuel Macron affronte sa rentrée la plus délicate depuis son élection. Le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, et l’ancienne championne de natation Roxana Maracineanu ont été respectivement choisis mardi pour leur succéder à la Transition écologique et aux Sports. “Ce qui est certain, c’est que François de Rugy a une vraie expérience politique, il sait ce que c’est la politique, il connait la musique, il sait ce à quoi il s’engage”, a commenté Valérie Pécresse au micro d’Audrey Crespo-Mara mercredi sur Europe 1. Nicolas Hulot avait en effet reconnu au moment de sa démission surprise qu’il avait été peu préparé à affronter l’arène politique et ses contingences.

“Une politique écologique positive”. La présidente de l’Île-de-France invite toutefois le président de l’Assemblée nationale à marcher dans les pas de son prédécesseur. “Ce qui était appréciable avec Nicolas Hulot, c’est qu’il avait des convictions écologiques très fortes, mais c’était aussi un homme de consensus qui essayait de régler les problèmes, et qui essayait d’écouter tout le monde. J’attends cette écoute de la part de François de Rugy mais j’attends aussi des actes”, explique-t-elle. Elle demande également au gouvernement de conduire “une politique écologique positive et non pas punitive”. “Ce que j’attends aussi de François de Rugy, c’est qu’il puisse résister aux décisions anti-écologiques du gouvernement”, ajoute-t-elle.

“Emmanuel Macron est un homme de gauche”. Valérie Pécresse estime enfin que ce remaniement fait basculer le centre de gravité du gouvernement. “C’est un gouvernement qui vire un peu plus à gauche avec deux arrivées de figures de la gauche”, relève-t-elle. “Ça confirme ce que je dis depuis le début : Emmanuel Macron n’est pas un objet politique non identifié, Emmanuel Macron est un homme de gauche, libéral comme Tony Blair”, conclut l’élue.